Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Frais GDS : Air France-KLM envisage d’imiter Lufthansa

Air France-KLM n'exclut pas l'idée de taxer les réservations transitant via les GDS, a déclaré lundi son PDG Alexandre de Juniac. Les agences de voyages françaises en seraient les premières victimes collatérales.

La compagnie allemande Lufthansa a récemment annoncé qu'elle imposerait des frais supplémentaires de 16 euros par réservation pour chaque billet émis via un GDS, à compter du 1er septembre, afin d'inciter les clients à utiliser son propre site marchand.

"C'est une question absolument clé pour nous. Nous évaluons cette option", a pour sa part déclaré Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM, en marge d'une réunion de l'Association internationale du transport aérien (IATA) à Miami, rapporte l'agence Reuters.

"La majorité de nos revenus proviennent du GDS", a ajouté le PDG de la compagnie franco-néerlandaise, sans fournir de chiffre précis. Lufthansa a indiqué la semaine dernière que les deux-tiers de ses billets étaient réservés par l'intermédiaire des GDS.

Un risque commercial, tout relatif

D'autres dirigeants de compagnies aériennes présents à Miami, comme Willie Walsh, directeur général d'IAG, maison mère de British Airways et Iberia, ont salué la décision de la compagnie allemande, sans pour autant dévoiler leurs éventuels projets en la matière.

En emboitant le pas à Lufthansa, les compagnies s’exposeraient aux foudres des GDS et des distributeurs. Mais ce ne serait pas la première fois. Toute la profession garde en mémoire le passage progressif à la commission zéro dans l’aérien, après une baisse de la rémunération engagée dès 1995. C’est finalement Delta Airlines qui avait ouvert le bal, en mars 2002. Les autres compagnies nord-américaines et européennes ont suivi, comme le montre le tableau ci-dessous.

Air France a pris la décision de ne plus rémunérer les agences de voyages à compter du 1er avril 2005. Dix ans plus tard, sur le marché français, plus de 60% de ses ventes passent toujours par la distribution.

Déclaration "de guerre"

Dans un courrier adressé hier à ses adhérents, le Snav estime que "Lufthansa déclare la guerre aux agents de voyages et à leurs clients". "Non seulement la surcharge de 16 euros par billet émis par l’intermédiaire d’un GDS est sans commune mesure avec le coût des GDS, mais le groupe Lufthansa prend en otage et pénalise les voyageurs en les privant de la possibilité de comparer les prix avec les compagnies concurrentes et de bénéficier de la part des agences de voyages d’une offre neutre", insiste le syndicat.

En écrivant aux clients "corporate " des agences pour les inciter à réserver eux-mêmes sur le site LH.com, Lufthansa s’inscrit dans une "démarche particulièrement déloyale" et hostile à l’égard de ses partenaires distributeurs.

In fine, le Snav n’incite pas les distributeurs à boycotter la compagnie allemande, mais les appelle à réduire les ventes en optant si possible pour des transporteurs concurrents, en signe de désapprobation.

A Paris, Air France-KLM reste évasive

Interrogé au sujet des déclarations d'Alexandre de Juniac à Miami, le siège social d'Air France indique ne vouloir faire "aucun commentaire sur la décision de Lufthansa". "Comme pour toute compagnie, la distribution engendrant un coût considérable constitue un enjeu d'extrême importance pour nous, poursuit une responsable communication du marché France. Les partenaires jouent un rôle essentiel dans notre processus de vente et nous aident à mieux servir nos clients. Air France-KLM suit tous les développements dans ce domaine, y compris le NDC" de IATA.  A chacun le soin de lire entre les lignes…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique