Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Exotismes carbure à la techno

Grâce à ses investissements technologiques, le spécialiste des îles tropicales engrange de la croissance exercice après exercice, et ne craint pas la concurrence.

Gilbert Cisneros, le président d’Exotismes, a le succès modeste. Il aurait pourtant de quoi parader compte tenu de l’insolente bonne santé financière de son entreprise, championne de la croissance en 2012, et bien partie pour boucler un nouvel exercice exceptionnel en  2013.

Les Antilles en grande forme

Au 31 décembre dernier, le spécialiste des îles tropicales a dépassé la barre symbolique des 100M€ de chiffre d’affaires, pour 68 887 clients, avec un résultat net de 1,64M€ (1,58M€ en 2011). Cette croissance a été portée plus particulièrement par les Antilles (+34%) et les Maldives  (+22%).

2013 reste sur cette évolution dynamique avec, du 1er janvier au 31 août, une avance globale de 17% par rapport à l'an dernier à la même date. Toutes les destinations sont à la hausse : les Antilles (+25%), les Maldives (+23,5%), La Réunion (+20%) et même Maurice, restée à l’étal en 2012 (+15,5%). L'exercice devrait se terminer sur une croissance proche de 20%.

"Nous avons une stratégie BtoB et multicanal visible et lisible", explique Gilbert Cisneros. "Mais nous récoltons surtout les fruits de notre mutation technologique entamée après la crise antillaise en 2009, notre printemps arabe à nous, et de nos investissements permanents."

300 000 € d'investissements annuels

Quelque 300 000 euros annuels sont consacrés aux développements technologiques du TO, qui possède une équipe de 6 ingénieurs informaticiens en interne. "On veut garder en permanence une longueur d’avance".

"85% de l’offre du catalogue est en ligne", explique le patron d'Exotismes. Et 50% des ventes sont aujourd’hui automatisées avec des réservations en temps réel, y compris sur les combinés d’îles (plus de 500) intégrés en machine.

Les derniers développements technologiques permettent de disposer des grilles tarifaires à 12 mois. "Nous pouvons faire aussi bien des ventes de première minute que des VDM puisque nos stocks, interfacés avec la majorité de nos fournisseurs, sont disponibles jusqu’au jour du départ".

Du temps pour le à la carte

"L’industrialisation des process, en libérant nos conseillers des taches répétitives, nous a aussi permis de nous développer sur les produits à la carte et de valoriser notre approche d’expert", se félicite Gilbert Cisneros. Les ventes haut de gamme sur mesure représentent aujourd’hui près de 30% du chiffre d’affaires, elles ont augmenté de 40%.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique