Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Effort solidaire

NULL

Crise enfin reconnue et acceptée, un plan de rigueur sans précédent s’impose à la France après des années de dérapages budgétaires sciemment occultés. Réduire les dépenses et augmenter les recettes : l’équation, fort simple sur le papier, s’avère donc périlleuse pour le Gouvernement afin de ramener à 3 % de déficit public en 2013. Côté baisse des dépenses, seuls les secteurs de l’enseignement, de la sécurité et de la justice seront épargnés par les coupes budgétaires. Alors que le budget de l’État 2013 est débattu à l’Assemblée nationale et que les feuilles de route de chaque ministère ne sont pas encore publiquement connues, le tourisme ne fera évidemment pas exception. La politique transversale Tourisme devrait notamment confirmer la baisse des crédits dédiés au développement ainsi que du budget d’Atout France. Certes, la ministre Sylvia Pinel veut faire du tourisme un levier pour le redressement économique du pays, mais cela se fera dans les conditions édictées par Bercy. Serrage de serrure donc. Côté augmentation des recettes, tout le monde paiera, la chose est quasiment entendue. Seulement, si l’opinion publique s’accorde sur la nécessité de l’effort commun, personne ne souhaite être touché dans son individualité. Ni vous et moi sur notre prochaine déclaration de revenus, ni les très hauts salaires déclarant plus d’un million de rémunérations, pas plus que les entrepreneurs qui réagissent à l’alignement de l’imposition des revenus du capital sur ceux du travail. Un collectif ayant pris le pseudonyme de « Pigeons » vient d’ailleurs de se former et s’active sur Facebook et Twitter pour dénoncer des mesures jugées antiéconomiques. Ici le pigeon ne vole plus pour ces défenseurs du statut d’auto-entrepreneur, il serait même définitivement cloué au sol par des mesures fiscales rédhibitoires. Pas sûr que l’icône de ces contestataires soutenus par des entrepreneurs à succès de l’économie numérique soit des mieux choisies, car, au registre du manque à gagner, il n’y a pas qu’eux qui vont laisser des plumes.

Personne ne souhaite être touché dans son individualité.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique