Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Eastern Airways dépasse les 30 000 passagers

Un an après son arrivée à Dijon, la compagnie régionale anglaise a dépassé de 30 % ses objectifs opérationnels. Une croissance qui pousse l’aéroport à développer son activité.

Les sourires étaient de rigueur à l’aéroport de Toulouse-Blagnac mercredi 16 novembre pour l’anniversaire des un an de la ligne Dijon-Toulouse opérée par Eastern Airways. Les représentants locaux, mais aussi les acteurs économiques et touristiques du Dijonnais ont applaudi le succès de la compagnie qui s’est implantée l’an dernier sur le tarmac de l’aéroport de Dijon-Bourgogne et a réussi à capter 32 000 passagers sur tous les axes desservis. « La compagnie avait pour objectif d’en transporter 24 500 », s’enthousiasme le porte-parole de la compagnie. « Nous sommes donc 30 % au dessus de nos prévisions ». La seconde compagnie régionale anglaise a donc eu raison de créer une base à Dijon en 2010, suivant ainsi un plan de développement de l’aéroport initié par son gestionnaire la CCI (chambre du commerce et d’industrie) de Côte-d’Or et baptisé Renaissance.

À LA RECHERCHE D’AUTRES AXES EN FRANCE ?

C’est dans ce contexte que le transporteur a ouvert Dijon-Toulouse et Dijon-Bordeaux, opérés en deux allers-retours quotidiens, puis depuis le mois de mai une liaison quotidienne entre Dijon et Nantes et enfin à partir du 6 juin trois vols hebdomadaires saisonniers vers Southampton. Succès oblige, la liaison vers la ville anglaise qui mettait Londres à trois heures de Dijon grâce à un train direct entre Southampton et la capitale britannique, n’a été arrêtée qu’à la fin octobre et non fin septembre comme prévu. Du coup, la compagnie créée en 1997, va reconduire son offre saisonnière transmanche l’an prochain et réfléchit à la renforcer d’une liaison supplémentaire. Elle pourrait également chercher d’autres axes en France pour peu que les villes desservies soient à plus de 6 heures de route ou de train de Dijon. Nice a été évoquée. « C’était une possibilité, mais la ville voisine de Dôle opérant déjà deux vols hebdomadaires vers Nice, nous avons préféré renoncer », explique-t-on à la CCI Côte d’Or.

Eastern Airways cherche également à sensibiliser tous les bassins de clientèles possibles. Après un an d’opération, elle a constaté que ses clients sont avant tout des régionaux, venant de Dijon, mais aussi de toute la Bourgogne et même de la Franche-Comté. Le transporteur britannique peut également s’enorgueillir d’un service qui lui a permis récemment de recevoir le prix BACA (Baltic Air Charter Association) de la meilleur compagnie charter et d’une bonne régularité de 98,6 % (dans les 15 mn). Il sera peut-être plus difficile de tenir ce taux dans l’avenir si le trafic sur le tarmac bourguignon s’intensifie, comme le souhaite la CCI de Dijon (voir encadré).

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique