Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisière : la France assoit sa crédibilité au Seatrade

Organisé pour la première fois hors d’Italie, à Cannes, le Seatrade Med a entériné l’entrée de la France dans la cour des grands de l’industrie de la croisière. Les pouvoirs publics commencent à en prendre conscience.

Pour sa première édition hors d’Italie, le Seatrade Med, le salon bisannuel dédié aux professionnels de la croisière en zone méditerranéenne, aurait pu, presque logiquement, se tenir à Barcelone, l’un des ports leaders de la région. Mais c’est le Palais des festivals de Cannes qui vient d’accueillir l’événement, du 30 novembre au 2 décembre. Alors qu’un millier de visiteurs avaient franchi les portes du salon lors de la première journée, 4000 étaient attendus au total, venus à la rencontre de 160 exposants originaires d’une soixantaine de pays. Parmi eux, des équipementiers, des entreprises de construction et de réparation navale, des avitailleurs, mais aussi des TO organisateurs d’excursions et de très nombreux ports et destinations. « Pour nous, c’est l’occasion de présenter aux compagnies nos nouveautés, explique Anne-Sophie Peyran, responsable marketing de la direction des Ports à la CCI de Nice. Et il arrive aussi qu’on décroche des escales. » Si toutes les destinations de la Méditerranée avaient donc fait le déplacement, elles n’étaient pas les seules. New York ou Dubaï étaient aussi de la partie, tout comme une petite dizaine de destinations caribéennes faisant stand commun. « La majorité de nos clients vient d’Europe, et c’est surtout au Seatrade Med que nous pouvons rencontrer les compagnies européennes, alors qu’au Seatrade de Miami, nous voyons en priorité les compagnies américaines », explique André Trudo, du Comité martiniquais du tourisme.

UN MARCHÉ HEXAGONAL DEVENU CRÉDIBLE

Faut-il voir dans l’attribution de cette édition 2010 du salon à la ville de Cannes la récompense du dynamisme du marché français de la croisière ? John Foreman, le directeur général marketing du groupe Seatrade, fondateur de l’événement en 1996, assure que la candidature cannoise a été « sélectionnée sur des critères exclusivement liés à la capacité d’organisation de la ville ». Toujours est-il que l’événement tombe à point nommé : après plusieurs années de forte croissance, le nombre de passagers français a continué à largement progresser en 2010, confirmant que le marché hexagonal est devenu crédible. « Nous avoisinerons les 400 000 passagers en 2010 », prédit Georges Azouze, le président de l’Association française des compagnies de croisières, contre 347 000 en 2009. Hasard ou conséquence, la tenue du salon en France coïncide aussi avec une prise de conscience naissante des pouvoirs publics de la nécessité de soutenir le développement du secteur. Le Seatrade a ainsi été l’occasion pour le Conseil national du tourisme de présenter, en avant-première, un rapport consacré à l’« essor prometteur des croisières en France ». Il dresse un tableau du secteur et pointe les orientations pour l’avenir, parmi lesquelles un grand nombre portent sur le renforcement de l’offre portuaire : amélioration des conditions de sécurité et de sûreté, rationalisation des interventions douanières et surtout développement des ports tête de ligne. Le document met aussi l’accent sur la nécessité de renforcer la promotion des ports français à l’étranger. « La France a des atouts considérables, à commencer par son image glamour et une variété d’excursions incomparable, avance François Weill, ancien président de l’AFCC et l’un des rapporteurs du texte. Avec ce rapport, le monde de la croisière a de quoi être pris au sérieux par les pouvoirs publics. » Message entendu ? Dans une vidéo diffusée lors de l’inauguration du salon, Frédéric Lefebvre, le nouveau secrétaire d’État au Tourisme, annonce qu’il recevra prochainement les acteurs du secteur.

%%HORSTEXTE:1%%