Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Corsica Ferries prend la bonne vague

La compagnie maritime prévoit une hausse de 7 % de l'ensemble de son trafic en 2005 et de 12 % pour les seules liaisons France-Corse.

Malgré les déboires qu'a connus ces derniers mois la desserte maritime France-Corse, Corsica Ferries devrait tirer une fois encore cette année son épingle du jeu. "Nous attendons une hausse de notre chiffre d'affaires global de 12 %, à 170 ME", se félicite Pierre Mattei, directeur général de la compagnie. Le résultat net, qui avait atteint 1,5 ME en 2004, devrait connaître lui aussi "une augmentation sensible". Côté trafic, Corsica Ferries table cette année sur un total de 2 millions de passagers, en hausse de plus de 7 %. Le trafic France-Corse devrait pour sa part augmenter de 12 %.

Une politique commerciale très agressive

Le transporteur maritime a certes profité des difficultés de la SNCM, mais récolte également les fruits de sa politique commerciale agressive, avec des traversées à partir de 5 E. Il assure jusqu'à 10 rotations quotidiennes au départ de Nice et Toulon, vers Ajaccio, Bastia, Calvi et Ile Rousse. La mise en service l'année prochaine d'un quatrième navire au départ de Nice portera sa flotte à sept bateaux. "Grâce à cet apport de capacités, nous pourrons proposer en saison quatre départs quotidiens vers la Corse au lieu de trois au départ de Nice. De quoi nous permettre de dépasser les 50 % de parts de marché sur le trafic maritime entre la France et l'île de Beauté", précise Pierre Mattei.

Concernant les suites du conflit à la SNCM, Corsica Ferries entend demander réparation à l'Etat pour ses 140 traversées annulées ou déroutées. "La grève a entraîné un blocage du port de Bastia, où se concentrent deux tiers du trafic de la Corse. Nous estimons notre perte de 2 à 3 ME", ajoute Pierre Mattei. La compagnie observe aussi très attentivement le plan de restructuration en cours à la SNCM. "Nous veillerons tout particulièrement à ce que l'argent serve bien à redresser la société et non à éponger des pertes consécutives à une mauvaise gestion", conclut Pierre Mattei.

Parallèlement, Corsica Ferries espère beaucoup de l'appel d'offres pour le renouvellement de la desserte de la Corse depuis l'Hexagone au titre de la continuité territoriale, qui sera lancé en 2006. Avec, à la clé, 10 millions d'euros de subventions.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique