Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Bruxelles épingle les sites de billetterie

Selon une enquête européenne sur la vente de billets d’avion en ligne, les prix alléchants du web sont souvent de la poudre aux yeux.

Bruxelles prend la défense des consommateurs. La Commission européenne a mené une vaste enquête sur la vente en ligne des billets d’avion, qui s’est déroulée du 24 au 28 septembre. 447 sites ont été passés au crible, dans 16 pays européens.

Pour la France, c’est la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui a eu pour mission de tester 31 sites, parmi lesquels figurent 21 acteurs implantés directement en France. Il s’agit de 8 sites de compagnies aériennes, 12 sites d’agences de voyages, 6 comparateurs en ligne, et 5 sites revendiquant le statut de moteurs de recherche. Des infractions ont été constatées pour 10 de ces 21 sites, sans que leurs noms soient communiqués.

Principaux griefs : une mauvaise information du consommateur sur les prix, l’indisponibilité des billets d’avion au tarif annoncé ou mis en avant, une somme finale payée par le consommateur très supérieure au tarif initial (du fait en particulier des taxes et des frais de services, qui s’ajoutent à la réservation), ou encore de multiples conditions générales de vente. Avec, dans certains cas, la rédaction de ces conditions uniquement en langue anglaise !

Les sites de voyages plus que jamais sous haute surveillance

Les irrégularités constatées vont donner lieu à trois rappels sur la réglementation pour imputation de frais supplémentaires, et à deux notifications d’information réglementaire. Par ailleurs, trois sites feront l’objet d’investigations complémentaires pour publicité mensongère, et trois autres pour emploi de la langue anglaise. Enfin, la DGCCRF compte saisir ses homologues européens dans le but de faire cesser les pratiques déloyales des compagnies aériennes situées en dehors du territoire national.

Les sites de voyage sont donc plus que jamais sous surveillance. Luc Chatel, secrétaire d’Etat chargé de la Consommation et du Tourisme, approuve ce travail de veille concurrentielle coordonné par Bruxelles. La France continue d’ailleurs à oeuvrer en ce sens. Un projet de loi portant sur diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire (DDAC) a été voté en première lecture au Sénat le 11 octobre dernier. Il aidera notamment notre pays à mieux participer au réseau européen de coopération créé pour la protection des consommateurs.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique