Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Berlin, vingt ans après

La capitale allemande attire de plus en plus de visiteurs français, que les tour-opérateurs traditionnels peinent cependant à capter.

Berlin n’est plus, dans l’imaginaire touristique, cette ville grise à cheval entre deux Europe. Face à des rivales telles que Barcelone ou Lisbonne, qui promettent mer et soleil, la capitale allemande fait valoir sa vie culturelle exceptionnelle : galeries à la pointe de l’avant-garde, concerts d’orchestres philharmoniques prestigieux, musées… On s’y balade, étonné de voir tant de parcs, d’eau et d’espace. Entre de longs boulevards, surgissent de petits quartiers commerçants, des immeubles d’acier inspirés par Jean Nouvel ou des chefs-d’oeuvre de l’architecture néoclassique. Résultat : la ville est désormais la destination montante des city breaks, en particulier pour les visiteurs français. Leur nombre est ainsi passé de 117 000 en 2007 à 135 000 en 2008, pour atteindre 157 000 en 2009. L’affluence de touristes hexagonaux a donc connu une croissance de plus de 17 % l’an dernier, alors que le nombre total d’arrivées internationales n’a progressé que de 4,6 %, à 2,88 millions de visiteurs. « Berlin a bien marché en 2009 grâce à une actualité propice, l’anniversaire des vingt ans de la chute du mur », confirme Benoît Thepenier, directeur commercial chez Transeurope. Mais au-delà de cet événement, il y a bien une tendance de fond. Reste que les tour-opérateurs ne captent que quelques pour cent de la clientèle de courts séjours, qui privilégie Internet, vols low cost et packages dynamiques. Les voyagistes tentent d’adapter leurs produits pour séduire les couples, les seniors intéressés par l’histoire de la ville, ou les jeunes, mais ils peinent à se différencier. Mis à part quelques séjours thématiques et des circuits faisant étape dans la ville, l’offre reste très standardisée, notamment chez les poids lourds du secteur. Heureusement, ils devraient bénéficier de la croissance des départs prévue au cours des prochaines années.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique