Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Avantages » en nature

Les voyages forment la jeunesse, c’est bien connu ! A fortiori quand vous êtes un jeune agent de comptoir, et que votre employeur vous fait miroiter des déplacements à travers le monde pour compenser une rémunération au Smic, évoluant au compte-gouttes au fil des années. « Le salaire n’est pas énorme, mais tu verras du pays, mon petit ! », promettaient des patrons d’agences enjôleurs. Dans la pratique, bon nombre d’agents de voy

Les voyages forment la jeunesse, c’est bien connu ! A fortiori quand vous êtes un jeune agent de comptoir, et que votre employeur vous fait miroiter des déplacements à travers le monde pour compenser une rémunération au Smic, évoluant au compte-gouttes au fil des années. « Le salaire n’est pas énorme, mais tu verras du pays, mon petit ! », promettaient des patrons d’agences enjôleurs. Dans la pratique, bon nombre d’agents de voyages sont aujourd’hui condamnés à participer aux éductours, en rognant sur leur RTT et leurs congés, pour ne pas entraver l’activité de l’agence et ce, rappelons-le, afin de répondre à leurs obligations légales concernant la juste information auprès des clients. Restent, certes, les incentives organisés régulièrement par les tour-opérateurs pour challenger les agents de voyages et booster la vente de leurs produits. Rétribution déguisée ? Principe actif des bonnes pratiques commerciales ? Cette récompense est pointée du doigt par un gouvernement qui mène une chasse déclarée aux niches fiscales et sociales, afin de combler des déficits abyssaux. L’époque est au raclage de fond de tiroirs et aux coups de rabots. Dans ce contexte, l’article 16 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui prévoit de soumettre à cotisations sociales les cadeaux, avantages en nature et autres rétributions versées par des sociétés à des salariés d’autres entreprises, va directement impacter les professionnels du voyage. « Pour nous, c’est dramatique », assène Georges Colson, au nom d’un Syndicat national des agents de voyages lobbyiste voulant contrer cette mesure pourtant déjà votée par l’Assemblée nationale. Le député Yves Bur, rapporteur du projet de loi de finances, a promis « du sang, de la sueur et des larmes » pour contenir les déficits. Et l’agent de voyages qui, demain, sera soumis à cotisation pour ses voyages, on lui promet quoi ? Un total découragement, voire un profond dégoût, pas de doute…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique