Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France : AccorHotels jette l’éponge

Si le groupe hôtelier réfléchissait à une prise de participation minoritaire dans Air France-KLM il considère que « les conditions nécessaires ne sont pas réunies « . Il a donc préféré abandonner son projet.

AccorHotels et Air France, c’est désormais de l’histoire ancienne. Le géant hôtelier a annoncé jeudi qu’il renonçait à son projet de prise de participation minoritaire dans la compagnie aérienne, jugeant que les conditions ne sont pas réunies.

Rappelons que le 3 juin dernier, dans le cadre de sa stratégie visant à enrichir sa gamme de services dans l’univers du voyage, le groupe dirigé par Sébastien Bazin avait indiqué mener des réflexions sur la mise en place d’une alliance avec Air France-KLM. Quelques semaines auparavant, AccorHotels avait cédé 57,8% du capital d’AccorInvest, ce qui avait permis au groupe hôtelier d’empocher un apport de liquidités brut de 4,6 milliards d’euros.

Des liquidités providentielles

« Ces réflexions (de prise de participation, Ndlr) incluaient l’éventualité d’une prise de participation minoritaire au capital d’Air France-KLM, aux côtés de co-investisseurs français et européens », a détaillé AccorHotels dans un récent communiqué, à l’occasion de ses résultats semestriels.

Trois options avaient été envisagées : un rachat total de la participation de l’Etat par AccorHotels, soit 14%, un rachat partiel, ou bien un “swap” dans lequel l’Etat recevrait des actions d’AccorHotels en échange de ses titres Air France-KLM.

Air France toujours dans le flou

Mais le groupe considère « que les conditions nécessaires pour une prise de participation minoritaire dans Air France-KLM ne sont pas réunies », et a décidé de ne pas poursuivre l’étude de ce projet , même s’il « reste convaincu du fort potentiel de création de valeur d’une association renforcée entre hôteliers et partenaires aériens ».

Ce renoncement intervient au moment où Air France-KLM est en quête d’une nouvelle direction depuis le départ le 4 mai de son PDG Jean-Marc Janaillac après le rejet par le personnel d’un accord salarial. La compagnie est actuellement dirigée par une présidente non exécutive, Anne-Marie Couderc, qui a pour principale tâche de recruter une nouvelle direction.