Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aérien : le Scara plaide pour une harmonisation européenne des règles

Selon Laurent Magnin, président du Scara, les compagnies à bas coûts des pays européens, qui viennent se positionner en France, représentent une réelle concurrence.

La montée en puissance des compagnies charters d’Europe centrale et orientale représente une "réelle concurrence" pour les compagnies françaises, estime Laurent Magnin, président du le syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara).

Small Planet Airlines (Lituanie) ou encore Enter Air (Pologne) ont récemment basé des appareils à Roissy-Charles de Gaulle et proposent des tarifs entre 10% et 20% en dessous de la moyenne française. "Le client final, le passager qui voyage pour ses vacances une ou deux fois par an, cherche un billet d'avion à moindre coût. Donc les voyagistes font appel à ces compagnies", note Laurent Magnin, par ailleurs PDG d'XL AIRWAYS.

Selon le syndicat, la différence de tarifs de ces compagnies tient à quatre facteurs :
– les salaires moins élevés dans les pays de ces compagnies
– les charges sociales et fiscales plus élevées en France
– les compagnies étrangères arrivent en France sur des marchés nouveaux qu'elles entendent conquérir en proposant des tarifs attractifs. Elles facturent leurs services en marginal sur les marchés français et les frais fixes sont supportés par leurs marchés historiques.
– le coût des infrastructures aéroportuaires où ces compagnies sont basées (siège social et avions) est moins élevé dans les pays d'où sont originaires ces compagnies.

Réduire les inégalités

On constate ainsi "un manque de compétitivité des compagnies françaises, car nous sommes dans un marché ouvert, où l'absence d'harmonisation sociale et fiscale de l'Europe nuit gravement aux compagnies françaises (+18% par rapport aux Pays-Bas, +17% par rapport à l'Irlande)", résume Laurent Magnin. Pour le syndicat, qui défend une convergence sociale et fiscale au niveau européen, "le gouvernement doit prendre en compte la branche transport aérien pour sauver des emplois qui vont disparaître si rien n'est fait".

Le Scara souhaite ainsi organiser, sous l'égide des instances gouvernementales, des assises du transport aérien. L’objectif, au-delà d'un état des lieux complet et précis du transport aérien français est "de dégager des lignes de force d'une politique volontariste qui permette de sauver les compagnies aériennes françaises et les emplois afférents".
 

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique