Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

2005 : bien, mais peut mieux faire

Sur la lancée de 2004, l’industrie du tourisme espérait confirmer la reprise en 2005. Le secteur a prouvé sa capacité de résistance, malgré les événements et les catastrophes naturelles. Mais l’embellie reste fragile.

Après une année 2004 placée sous le signe d’une reprise extraordinaire avec la plus forte croissance du secteur en dix ans, 2005 avait valeur de test. Au final, l’activité touristique a bien résisté. Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), 808 millions de touristes internationaux ont été recensés en 2005, soit une hausse de 5,5 % par rapport à l’année précédente. Certes, la croissance s’est ralentie, loin des + 10,7 % de 2004. Mais, malgré tous les événements qui ont affecté la planète, le tourisme mondial a prouvé son dynamisme.

2005 a en effet commencé par subir les conséquences de l’une des plus grandes catastrophes naturelles jamais survenues. Le tsunami de décembre 2004, faisant près de 250 000 victimes, a choqué les candidats au départ vers une partie de l’Asie, ralentissant logiquement les flux au cours du premier semestre. En dehors de cet événement, l’année a connu son lot de sinistres. Attentats à Londres, en Turquie, en Egypte, en Jordanie, accidents d’avion à répétition au cours de l’été, ouragans en série dans le golfe du Mexique et aux Etats-Unis…, il n’y a guère eu de répit sur le front de l’actualité tragique. Sur le plan économique, 2005 a été marquée par la hausse du coût de l’énergie, d’où l’augmentation astronomique des surcharges carburant appliquées par les compagnies aériennes.

Les Français préfèrent la France

Pour autant, ces événements et renchérissements du coût des voyages ne semblent pas avoir dissuadé les candidats au départ. Selon l’OMT (qui le remarquait déjà en 2004), on assiste à un phénomène d’accoutumance, les gens s’habituant à vivre avec le risque. D’où cette performance de + 5,5 % somme toute satisfaisante, avec même pour la zone Asie-Pacifique une hausse de la fréquentation de 7,4 % (156,2 millions de touristes), grâce à un retour des visiteurs dès le second semestre. La plus forte croissance revient à la zone Afrique (+10,1%), avec toutefois de faibles volumes : 36,7 millions de touristes. Alors que le Vieux Continent demeure le plus visité, l’Europe ayant accueilli à elle seule plus de la moitié des touristes mondiaux, avec 443,9 millions de visiteurs (+ 4,3 %).

Le marché français a lui aussi connu une courbe ascendante en 2005, même si l’on note un tassement – comme le montrent les statistiques de l’association de tour-opérateurs/Ceto, voir pages 48 et 49. Selon la Direction du tourisme, le nombre de Français ayant voyagé à l’étranger et dans les Dom-Tom l’an dernier a augmenté de 4 % par rapport à 2004, avec 19,9 millions de séjours personnels, soit 10,8 % des séjours effectués en 2005 (185 millions), la France restant la destination préférée de nos compatriotes. La croissance avait déjà atteint 11,6 % en 2004.

Côté destinations, pas de surprise ! La prime va à l’Europe, l’Espagne et l’Italie ayant renoué avec la croissance après deux ans de baisse, attribuée au contrecoup du passage à l’euro. Le Maroc et la Tunisie confirment leur statut de valeurs sûres, tandis que l’on sent un véritable engouement pour l’Europe de l’Est, élargissement de l’Union européenne oblige.

Avec une envolée de 50 %, la Croatie obtient encore la palme de la plus belle progression et frôle l’entrée au top dix des destinations préférées des Français, talonnant Grèce et Turquie. Joli score aussi pour la Bulgarie, tandis qu’en long- courrier, on note le rétablissement du Kenya, la poussée de la Chine et les retours de la République dominicaine et des Etats-Unis.

Pas de chiffres groupés cette année pour les Antilles françaises, avec un carton rouge pour la Guadeloupe (toujours incapable de fournir le moindre chiffre !). Bon point enfin pour le Mexique, qui a pu fournir cette année un chiffre de fréquentation, confirmant son statut de destination long-courrier majeure.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique