Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Taxe, sécurité, pouvoir d'achat : les propositions d'Emmanuel Macron

| | | | par
Emmanuel Macron (En Marche) a battu dimanche Marine Le Pen (Front National).
Emmanuel Macron (En Marche) a battu dimanche Marine Le Pen (Front National).
© Pascal Guittet

Au surlendemain de l'élection d'Emmanuel Macron comme Président, retrouvez les points forts de son programme concernant le tourisme.

 

Le tourisme, secteur prioritaire ? Les prochaines semaines permettront aux pros du tourisme de se forger leur propre opinion. En attendant, au lendemain du second tour, nous vous proposons de (re)découvrir les grandes lignes du programme du nouveau Président de la République. Et ce, par le prisme du tourisme, grâce à une interview exclusive réalisée avec Germain Lelarge, un des représentants d’En Marche.

Un délégué interministériel

S’agissant de la représentation du tourisme au sein du gouvernement, Emmanuel Macron souhaite "un interlocuteur fort, un délégué interministériel sous la tutelle du premier ministre, qui aurait une vue transversale et des compétences importantes". Courroie de transmission entre les ministères concernés, il serait plutôt  "issu du secteur privé".

Pour développer le tourisme français à l’étranger, l’ancien ministre réfléchit à créer une taxe de quelques centimes d’euros sur les billets d'entrée, qui s’appliquerait aux musées, parcs d’attractions, remontées mécaniques, etc. Elle permettrait de lever 40 à 60 millions d’euros afin de financer Atout France et ses actions de promotion à l'étranger. "En France, on dépense 80 centimes pour la promotion du pays. En Espagne 1,5 euro", assure Germain Lelarge, fondateur de La France du Nord au Sud, entreprise cédée à Pierre & Vacances.

Priorité au pouvoir d'achat

Et pour aider les Français à voyager, Emmanuel Macron insiste sur l’amélioration du pouvoir d’achat. En supprimant la taxe d’habitation, par exemple, mais aussi les cotisations maladie et chômage à la charge des salariés. "Il veut également réformer les chèques vacances, que les agents de la fonction publique y aient accès de manière plus simple. Que cela puisse également être ouvert plus largement aux PME et aux TPE".

Pourquoi ne pas envisager même la création d’un chèque vacances européen ?, interroge Germain Lelarge. "Une réforme de l’ANCV pourrait multiplier par deux la distribution de chèques vacances".

Cinq ans pour se mettre aux normes

Autre grande proposition, la création d’un moratoire des normes pour la transmission des établissements touristiques, un sujet sensible, notamment pour tous les entrepreneurs qui partent à la retraite. "On donnerait 5 ans au repreneur pour se mettre en conformité avec les différentes règles.

Plus globalement, les entrepreneurs indépendants bénéficieront d'un droit à l'erreur (déclarations d'impôt, Urssaf...), et auront droit aux allocations chômage, des mesures destinées à favoriser l'entreprenariat. 

Enfin concernant la sécurité, que ce soit dans les rues de Paris ou dans les aéroports, "Emmanuel Macron souhaite recruter 10 000 policiers qui contribueront à la sécurité des touristes ".

Une harmonisation européenne

Emmanuel Macron est pour une Europe forte, il l'a rappelé mercredi 3 mai, lors du débat télévisé l'opposant à Marine Le Pen. Mais pour lui, il faut faire bouger l'Europe. Il est indispensable d'"harmoniser, quitte à faire un groupe de tête" afin de faire avancer les choses. 

Il faudra également, selon lui, être vigilant "sur la réforme de la TVA au niveau européen". 

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer