Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Sur La Réunion, French blue joue le trublion

| | | | | | | | | | | | | par
La Réunion fait partie des destinations en vogue auprès des Français.
La Réunion fait partie des destinations en vogue auprès des Français.
Copyright : Fotolia.

Après avoir ouvert Punta Cana et Saint-Domingue, la compagnie low cost long-courrier a ouvert vendredi sa ligne vers Saint-Denis. L'objectif est clair, marcher sur les plates-bandes et s'imposer sur la destination ultra concurentielle qu'est La Réunion.

"On ne voulait pas ignorer le marché long courrier low cost trop longtemps, a expliqué en préambule Jean Paul Dubreuil, le PDG du groupe éponyme, lors de l'inauguration de la ligne entre Paris et Saint-Denis. On rejoignait déjà Cuba, la Guyane et Saint-Domingue avec Air Caraïbes, on souhaitait répartir nos risques."

Après les rendez-vous manqués pour permettre une croissance externe, notamment une alliance avec XL Airways ou encore Corsair, le groupe a décidé de créer sa propre compagnie, French blue, en mars dernier. Aux termes de neuf mois de rodage sur la ligne de Punta Cana, la compagnie low cost long courrier a lancé son premier vol en direction de La Réunion vendredi dernier. "Et les chiffres sont bons. C’est toujours plus facile d'arriver sur une destination porteuse", a conclu Jean-Paul Dubreuil.

Une destination plus qu'alléchante

En effet, La  Réunion est sur une bonne dynamique touristique. L'année dernière fut la deuxième meilleure année touristique de l'île avec 468 000 visiteurs, et 3 millions d'euros dépensés. "Cette année, avec 500 000 touristes, nous visons le record, confie Fabrice Adam, le responsable commercial Europe de Ile de la Réunin Tourisme. Et c'est bien parti, la croissance au premier trimestre est déjà de 16% avec une augmentation de 9% sur le marché français".

French blue desservira la destination, laquelle a enregistré 1,2 million de passagers en 2016 au départ de la capitale, depuis l’aéroport Orly sud, à raison de 8 rotations par semaine. Pour cela, la compagnie recevra dans quelques jours un A350 densifié avec 10 sièges par rangée, et trois classes. L'objectif est clair et annoncé : prendre 20 % des parts de marché et se placer comme un challenger de premier plan.

Un début tonitruant

French blue revendique déjà 70 000 réservations, équilibrées entre La Réunion et la métropole. "C’est vrai que ça marche déjà très fort depuis qu’elle est en vente", confie une salariée du groupe eDreams Odigeo. De quoi sérieusement inquiéter les quatre autres compagnies qui effectuent déjà une liaison vers l’île (Corsair, Air Austral, Air France e XL Airways).

Selon Jean-Paul Dubreuil, il n’y a pas de risque de surcapacités puisque "les chiffres du tourisme réunionnais sont bons et augmentent. On se positionne différemment, et si les gens prennent plus l’avion, c’est que les offres se multiplient. Après, il faut être plus réactif et meilleur que les autres."

S’agissant de l'avenir de la compagnie et notamment des alliances, Marc Rochet, le président, a expliqué qu’il avait "de très bons contacts avec Easyjet", mais qu’il ne souhaitait pas "compléxifier les choses. "On compte sur le self connect. On sait que les clients savent désormais comment trouver les meilleurs tarifs pour gagner de l’argent."

New-York en septembre ?

Et la future destination qui devrait être annoncée en septembre ? La direction s’est refusée à aborder la question. Cependant, elle a lâché quelques phrases qui peuvent porter à interprétation. Face à l’arrivée d’acteurs comme Norwegian ou Level sur les Antilles, "il faudra que l’on soit très fort", a expliqué Jean-Paul Dubreuil. Faut-il y voir une volonté de lancer French blue sur les Caraïbes afin de rester compétitif mais au détriment d'Air Caraïbes ? La direction le nie fermement.

Il faudra sans doute aussi regarder du côté des autres liaisons millionnaires depuis Paris. Montréal ou peut-être New-York, que Marc Rochet a avoué "surveiller de très près" en conférence de presse…

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer