Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Ouragan Irma : ce que l’on sait

| | | | | | | | | | par
Les premières images des ravages d'Irma circulent sur les réseaux sociaux. Ici l'aéroport de Saint-Martin, entièrement détruit. ©DR
Les premières images des ravages d'Irma circulent sur les réseaux sociaux. Ici l'aéroport de Saint-Martin, entièrement détruit. ©DR

Irma poursuit sa trajectoire, semant derrière elle le chaos. L'ouragan, de catagorie 5, la plus forte sur l'echelle d'alerte, a provoqué des dégâts incommensurables. Un gigantesque travail de reconstruction s'annonce pour ces îles qui vivaient en grande partie du tourisme.

Les premières images montrent des scènes de totale désolation, des images apocalyptiques. Déjà qualifié "d’ouragan du siècle", Irma a tout balayé sur son passage avec une intensité sans précédent sur l’Atlantique. L'ouragan poursuit sa route, sans rien perdre de sa force, resté à une moyenne de 297km/h pendant plus de 33 heures.

Après être passé à proximité de la Guadeloupe, qu’il a finalement épargnée, Irma a mis hier le cap sur l’île Barbuda, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, totalement dévastées. Il se dirige vers la République dominicaine, où de premières évacuations ont eu lieu jeudi matin sur les zones littorales. D’après l’Office national de météo, l’œil du cyclone ne devrait toutefois pas directement toucher l’île. L'ouragan doit également passer au large des côtes nord d’Haïti où les fortes pluies et les violentes rafales de vent attendues risquent d’entraîner des glissements de terrains et des inondations.

D’après les analyses du National Hurricane Center (NHC), l’ouragan devrait ensuite progresser vers Cuba, puis la Floride, d’ici la fin de la semaine.

Deux autres ouragans, Jose et Katia, se sont également formés, dont la trajectoire reste encore difficile à prévoir. Saint-Martin, Saint-Barth et Barbuda se trouvent "dans le cône d'incertitude de josé" et pourraient à nouveau être touchés dans la nuit de vendredi à samedi, indique l'Observatoire français des tornades et orages violents. Katia se situe quant à elle dans le Golfe du Mexique.

Le point, destination par destination

En Guadeloupe, le premier bilan est rassurant. "Les Îles de Guadeloupe (Basse-Terre, Grande-Terre, Marie-Galante, Les Saintes, La Désirade) ont été épargnées par le passage de l’ouragan Irma et n’ont subi aucun dégât matériel majeur", a fait savoir l’Office de Tourisme dans un communiqué rédigé dès hier. L’aéroport international Guadeloupe Pôle Caraïbes rouvrira ce mercredi à 12h30 pour les vols régionaux et à 14h00 pour les vols internationaux. Les principales rotations maritimes inter îles reprendront demain, jeudi 7 septembre. L’activité et les principales structures d’hébergements touristiques ne sont pas impactées, mais la prudence reste recommandée”.

En Martinique, l’OT confirme qu’il n’y a pas de dégâts à déplorer et que les structures et équipements touristiques fonctionnent normalement. Porto Rico a également été épargné.

A Saint-Martin, en revanche, les dégâts sont incommensurables. Le premier bilan, très provisoire, fait état d’au moins huit morts. Les dégâts matériels sont également gigantesques. Selon les autorités, l’île, qui a été la plus touchée par l’Ouragan, serait détruite à 95%. A l’instar des maisons, des écoles, des hôpitaux, les infrastructures touristiques sont dévastées, comme en témoignent les images d’un hôtel et de l’aéroport, diffusées sur les réseaux sociaux. L’aéroport de la partie néerlandaise (aéroport international de Juliana) de l’île, qui accueille chaque année des millions de touristes, est détruit, a indiqué ce matin sur France Info le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb. précisant que l’aéroport français (Grand-Case, ndlr) fonctionne encore, ce qui permettra d’envoyer du matériel d’urgence et d’organiser les secours.

 

Barbuda, qui déplore un mort, est également ravagée. Le Premier ministre a rapporté que l’île, détruite à 95%, n’était plus "qu’un tas de décombres".

A Saint-Barthélémy, le préfet évoque également "une situation dramatique", avec des dégâts très lourds. Comme sur Saint-Martin, l’électricité est coupée il n'y a pas d'eau potable.

En République dominicaine, on se prépare au passage d’Irma. Les procédures de sécurité ont été renforcées dans les villages de Punta Cana et Turks and Caicos, indique le Club Med. "Nous suivons de très près l'évolution de l'ouragan depuis le bureau de Miami, qui gère toute la zone Amérique du Nord, et avec les équipes sur place à destination, nous précise un porte-parole. Nous avons prévu de la nourriture et de l'eau pour nos clients et les salariés, et nous organisons pour assurer leur sécurité. Les excursions sont bien évidemment annulées." "Les bâtiments sont construits pour résister à de tels événements", ajoute-t-il.

A Cuba, l’état d’alerte a été déclaré dans plusieurs provinces. D’après une information relayée par le Journal de Montréal, des compagnies aériennes ont commencé dès mardi à rapatrier des touristes en renforçant leurs capacités sur la destination. La même initiative a été prise pour la République Dominicaine, les Bahamas ou encore la Floride. 

Les Bahamas pourraient être touchées vendredi. Dès mercredi, le Quai d’Orsay a mis à jour ses Conseils aux voyageurs, les incitant à se tenir informés de l’évolution de la situation sur le site du Centre National des Ouragans, et de se conformer aux directives des autorités locales.

Le Quai d’Orsay a également actualisé ses informations pour la Floride, indiquant qu’elle pourrait être concernée d’ici la fin de la semaine et rappelant qu’un ordre d’évacuation a été émis par les autorités pour les touristes et résidents présents dans l’archipel des Keys.

La Croix-Rouge lance un appel aux dons

Deux numéros d’urgence ont été mis en place. Le 01 82 71 03 37 depuis la métropole et le 05 90 99 39 00 depuis les Antilles. Une cellule de crise a été activée mardi au ministère de l’Intérieur. Facebook a activé son Safety Check.

De son côté, la Croix-Rouge a lancé un appel aux dons. Les dons peuvent être effectués sur le web : www.croix-rouge.fr ou par chèque à l’attention de Croix-Rouge française « URGENCES CARAIBES » — 75 678, Paris cedex 14.

 

 

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer