Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages aux Etats-Unis : l’exemption de visa sur la sellette ?

 » Craignant que les jihadistes possédant des passeports européens puissent entrer facilement sur le territoire américain, des élus de la majorité remettent en cause l’exemption de visas dont bénéficie notamment la France. »

Les voyageurs français pourront-ils toujours voyager aux Etats-Unis sans visa à l’avenir ? Pas si sûr.

Mercredi, des élus de la majorité républicaine du Congrès américain ont en effet relancé le débat, renouvelant leurs critiques contre le programme d’exemption de visas dont bénéficie une partie de l’Europe, dont la France, craignant que les jihadistes européens n’en profitent pour entrer facilement aux Etats-Unis.

"Bien que notre système d'immigration accueillant présente de nombreux avantages, comme le tourisme, le commerce et les affaires, nous ne devons jamais cesser d'examiner nos procédures à travers le prisme d'un terroriste cherchant à exploiter des failles", a argumenté Mike Gallagher, élu républicain, qui pilote un groupe de travail "contre l’entrée des terroristes aux Etats-Unis".

Citant les attentats de Paris, Bruxelles, Nice et Berlin, le républicain Mike Gallagher a souligné que "la majorité des assaillants étaient des citoyens européens, il est donc facile d'imaginer l'un d'eux entrer dans ces pays avec un visa valide ou grâce au programme d'exemption de visa."

16000 demandes Esta rejetées

A l’heure actuelle, 38 pays bénéficient de l’exemption de visa, qui permet de séjourner jusqu’à 90 jours sur la destination. Depuis 2009, les voyageurs exemptés de visa doivent toutefois remplir le formulaire Esta, au moins 72 heures avant de prendre l’avion pour les Etats-Unis. 

Suite aux attentats qui ont touché Paris en novembre 2015, le Congrès avait déjà durci ses formalités d’entrées, supprimant l’exemption de visa pour toute personne s’étant rendue depuis mars 2011 dans sept pays jugés à risque (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen), ou ayant une double nationalité avec quatre d'entre eux (Iran, Irak, Soudan, Syrie).

Depuis octobre 2016, plus de 16 000 personnes ont vu leur autorisation Esta rejetée. Ce qui ne signifie pas pour autant pas que l’entrée du territoire américain leur est interdite. Les voyageurs concernés ont toutefois dû faire une demande de visa auprès du Consulat américain, afin de permettre aux autorités de vérifier que le voyageur ne présente pas de risques, avec une prise d’empreinte et un entretien.

Toujours dans le but de renforcer la sécurité, les Etats-Unis ont par ailleurs interdit en mars les ordinateurs en cabine pour les voyageur se rendant aux Etats-Unis au départ de dix aéroports (Amman, du Caire, de Koweït City, de Doha, de Dubaï, d'Istanbul, d'Abou Dhabi, de Casablanca, de Ryad et de Djeddah).