Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyageprive.com, la bonne formule pour vendre du voyage

Voyageprive.com table sur un volume d’affaires de 100M€ cette année, avec une rentabilité de 6%. Son cofondateur Denis Philipon s’apprête à s’établir à San Francisco pour en ouvrir une version américaine.

C’est unique en France : Voyageprive.com a bâti son modèle économique autour des ventes privées de voyages. Avec succès ! 4 millions de membres parrainés reçoivent sa newsletter hebdomadaire proposant des voyages plutôt haut de gamme, avec 40% à 70% de remise. Créé en mai 2006, le site se hisse en audience, dans la catégorie voyage, en 3ème position, avec 2,972 millions de visiteurs uniques, juste derrière Promovacances.com (source : Nielsen, avril 2009). Son volume d’affaires a atteint 43,5M€ en 2008 (+107%), pour un résultat net de 2,4M€ environ. Son cofondateur Denis Philipon table sur 100M€ cette année, pour un bénéfice net de 6M€.

Voyage-prive.com a rodé son modèle en France avant de l’exporter. Après l’Espagne et l’Italie, la Grande-Bretagne est prévue le 10 juillet, et les Etats-Unis à la fin de l’année. D’ailleurs, Denis Philipon part s’installer à San Francisco avec sa famille pour préparer le terrain, tout en restant président du groupe qui coiffe d’autres marques comme Thalasseo. « La formule des ventes privées a explosé aux Etats-Unis depuis un an et demi, explique-t-il. Mais il n’y pas (encore, ndrl) de spécialiste du voyage. »

Dans le même temps, Voyageprive.com poursuit l’innovation en France, sa terre natale qui représente 80% des ventes. Le site inaugure une rubrique dédiée aux vols secs (réguliers, charters, low cost) le 20 juin, et une marque France (www.francemania.com) le 14 juillet. A noter aussi sa toute première opération « portes ouvertes », du 1er au 7 juillet : tout internaute aura un libre accès au catalogue en ligne.

Pour Denis Philipon, les actionnaires, tous dans le management, peuvent financer les développements en cours, sans appel à de nouveaux investisseurs.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique