Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Travailler avec des institutionnels français

7 Pour vendre notre beau pays, autant prendre contact avec les institutionnels : OT, CDT et CRT jouent parfois la carte du partenariat. Aux agences de sonder le terrain.

Dans l’île de Ré/Ma belle adorée/Je t’emmènerai/ Bientôt/Au mois le plus tendre/Le mois de septembre (…) Sans prétendre au talent de Claude Nougaro, rares sont les agences capables de chanter les charmes de nos pays. Leurs clients préfèrent réserver en direct quand ils planifient des vacances dans l’Hexagone ou en Corse. Pour mieux vendre la France, les distributeurs peuvent se rapprocher des offices de tourisme (OT), comités départementaux et régionaux du tourisme (CDT et CRT). Certains institutionnels français jouent la carte des professionnels, il ne faut pas hésiter à les contacter. Sachez que la Vendée, le Var et la Bretagne sont particulièrement volontaires. La Vendée a ouvert sur son site un espace réservé aux agences, qui génère 10 % de ses ventes individuelles totales. Le CRT Bretagne a lui aussi ce type de rubrique. Les institutionnels peuvent monter des produits, et l’agence peut les commercialiser. Et inversement bien sûr ! Il faut être à l’affût de leurs demandes, être force de proposition sur leur territoire, estime Frédéric Boulet, responsable du département réceptif au sein de Multicap Voyages. Cette agence/autocariste du Pas-de-Calais propose des produits de tourisme de mémoire, notamment sur les lieux de la bataille d’Artois. Les collectivités ont des besoins ponctuels. Nous faisons des échanges.

Certaines agences se positionnent

Le distributeur doit savoir valoriser ses atouts. Il peut faire le lien entre plusieurs institutions, couvrant autant de territoires voisins, pour monter un joli circuit. Sa contribution permet alors aux OT, CDT et CRT de se recentrer sur des actions de promotion. Ce partenariat public/privé aide les acteurs locaux à rester maîtres de leur offre : s’ils ne collaborent pas, les institutionnels laissent notam- ment le champ libre à des TO étrangers, qui iront négocier en direct avec les hôteliers, sans connaître les spécificités de la région. In fine, certaines agences peuvent se positionner comme des réceptifs. Grâce à leurs bonnes connaissances de la région, elles peuvent monter des séjours thématiques, et les pro- mouvoir sur Internet (sites des OT, CDT, CRT…). Pour mieux travailler avec les institutionnels, il est indispensable de consulter le protocole d’accord signé entre le Syndicat national des agences de voyages (Snav) et les fédérations d’institutions du tourisme (FNOTSI, FNCDT et FNCRT) ; disponible sur le site du Snav, il fournit des procédures de partenariats entre le public et les agences privées. Par ailleurs, le Conseil professionnel des réceptifs au Snav met actuellement au point un livre blanc qui sera un bon complément.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique