Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pourquoi AccorHotels développe des hôtels éphémères

On savait les voyageurs de plus en plus nomades, capables de sauter dans le premier avion si l’expérience en vaut la chandelle. Ce que l’on avait (un peu) moins anticipé, c’est que les hôtels aussi se mettraient à voyager.

C’est l’un des derniers projets du groupe AccorHotels : développer des hôtels éphémères. Alors certes, ils ne sont pas tout à fait les premiers sur le coup. Les Britanniques de The Pop Up Hotel se sont par exemple déjà lancés sur ce marché, s’associant à des événements français. Mais – différence notoire – autour de Flying Nest, AccorHotels compte bien agréger toutes les composantes de son écosystème pour ajouter, pourquoi pas, une corde supplémentaire à son arc.

D’anciens containers maritimes relookés

Cette nouvelle solution d’hébergement a été conçue dans des containers maritimes aménagés, permettant un acheminement facile et rapide des modules, indique le groupe. Pour les fabriquer, AccorHotels s’est associé à la start-up Capsa, spécialisée dans la transformation de containers maritimes. Côté déco, AccorHotels s’est rapproché du designer Ora-ïto, qui a signé la conception des chambres mobiles. Composé de six modules, chaque îlot a été travaillé avec des matériaux bruts et naturels. Salle de bain privée, literie Sweet Bed by ibis, connexion wifi : le groupe hôtelier promet tout le confort d’une chambre d’hôtel classique.

Surfant sur la déferlante des nouveaux concepts, AccorHotels a aussi voulu mettre l’accent sur les espaces communs de ces hôtels éphémères. « L’agencement des îlots, la terrasse ainsi que la grande ouverture sur l’extérieur dont bénéficie chaque chambre, permettent aux clients de vivre leur séjour en totale immersion, au cœur de l’expérience », détaille Damien Perrot, Senior Vice President Design de AccorHotels. La disposition des îlots a donc été spécialement étudiée pour susciter la rencontre entre les participants à un même événement.

Car c’est là que les Flying Nest sont destinés à être positionnés.

La commercialisation a débuté en BtoB

Le concept a déjà été testé sur les 24 heures du Mans, ou, plus récemment, lors de l’ouverture des Rencontres photographiques d’Arles. Le but : offrir une nouvelle expérience, mais aussi venir en renfort de capacités insuffisantes le cas échéant. « Nous avons débuté la commercialisation auprès d’organisateurs d’événements et d’agences événementielles, détaillent Damien Perrot et Sébastien Dupic, directeur de projet New Business au sein d’AccorHotels, qui a également porté le développement Flying Nest. Mais nous ne nous positionnons pas en concurrence avec elles. L’idée c’est de proposer du sur-mesure, clef en main. Nous voulons aussi mettre en place tout une dynamique avec les différentes marques du groupe : le service de conciergerie John Paul, mais aussi Potel & Chabot ou encore Noctis, qui interviennent chacun à leur façon sur le marché de l’événementiel. » Ainsi que des prestataires extérieurs. “Nous avons une multitude d’acteurs autour de la table”, résument Damien Perrot et Sébastien Dupic.

De quoi élargir le champ des possibles, donc, pour le groupe hôtelier qui a engagé depuis plusieurs années une stratégie de diversification des ses activités. « C’est un nouveau métier pour nous, avancent-ils. Nous pensons qu’il a beaucoup d’avenir car le nomadisme va être de plus en plus important. On veut être là. »

Demain, des destinations éphémères ?

AccorHotels pourrait ainsi se rapprocher de certaines destinations cherchant à se faire  connaître ou à se démarquer. « On peut imaginer la possibilité d’installer un village au bord de la mer, de le laisser trois mois, au cœur d’un site protégé, et de ne rien laisser derrière nous après notre passage. Cela pourrait permettre à certaines municipalités pour lesquelles la construction d’un hôtel ne serait pas rentable de faire découvrir leur destination.

Mais avec Flying Nest, AccorHotels devient aussi producteur d’événements. Le groupe a ainsi organisé une soirée pour la presse dans le cadre des Rencontres photographiques d’Arles, en proposant une sélection de concerts. « C’est déjà dans l’ADN du groupe, expliquent Damien Perrot et Sébastien Dupic. Beaucoup d’hôtels organisent déjà des événements au sein de leur établissement. » Le nouveau concept d’AccorHotels, Jo & Joe, exploite lui aussi ce filon. « De nombreuses expérimentations sont possibles », soulignent-ils. De là à produire son propre événement musical, par exemple, façon Vieilles charrues ou Solidays ? Le groupe, qui gère aussi l’AccorHotels Arena, assure que rien n’est acté pour le moment. Mais que bien sûr, il y a déjà pensé…

Pour l’heure, une cinquantaine de chambres ont été commandées, les premières viennent d’être livrées. Le groupe hôtelier étudie aussi le potentiel de développement des Flying Nest à l’étranger, avant de passer commande, éventuellement, d’unités supplémentaires.