Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ouvrir le capital de son entreprise

Vendre une partie du capital de sa société ou l’augmenter est une opération délicate, et peu fréquente chez les agences. Pourtant, elle permet d’accompagner son développement.

Ouvrir le capital d’une société peut se faire en cédant des parts (SARL) ou des actions (SA), ou en augmentant leur nombre. C’est une opération peu pratiquée par les petites agences, explique le directeur financier d’un grand réseau. D’abord parce que cette opération est administrativement lourde. Ensuite parce qu’elle peut faire perdre à un gérant de SARL les avantages de son statut de gérant minoritaire, proche de celui de salarié. En effet, lors d’une augmentation de capital, les associés ne sont pas forcément disposés à apporter de nouveaux moyens financiers dans les mêmes proportions que le gérant, qui se trouve alors obligé de dépasser la majorité.

Enfin, il existe des solutions de remplacement. La plus pratiquée est l’apport en compte courant d’associé. Il s’agit de ressources mises à disposition de l’entreprise par un ou plusieurs des associés, sans que cet apport ne lui (leur) donne de pouvoir supplémentaire.

Mais, parfois, la nécessaire augmentation des fonds propres de l’entreprise (qui servent de levier pour augmenter en parallèle les emprunts) dépasse les capacités des actionnaires ou des associés individuels, qui n’ont pas forcément envie d’hypothéquer leur maison en contre-garantie. Ce peut être par exemple la situation d’un TO qui souhaite développer de nouvelles destinations avec des engagements financiers, d’une agence qui en rachète une autre… La simple incorporation de réserves (les profits accumulés) ou de comptes courants d’associés suffit dans certains cas à regonfler le haut de bilan. A défaut, l’ouverture de son capital à de nouveaux apporteurs est une solution.

Pour les grosses opérations, faire appel à des business angels

Les investisseurs potentiels sont très variés : famille ou amis, collègues, fournisseurs… Pour des opérations importantes, il faut se tourner vers des investisseurs professionnels : organismes régionaux de capital investissement (Orci), clubs d’investissements, fonds d’investissement de proximité (FIP) créés en 2005, business angels prêts à apporter des fonds à des affaires prometteuses… L’existence de success stories dans le tourisme permet aux agences les plus dynamiques d’espérer séduire ce type de financiers, même si la crise du secteur depuis quatre ans peut effrayer les investisseurs.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique