Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MH370 : un traqueur de boîtes noires est en route

La Marine australienne va déployer une sonde dans la zone de recherche pour capter les émissions acoustiques des boîtes noires, mais avec peu de chance de succès.

Un bâtiment de la Marine australienne va déployer une sonde permettant de capter les émissions acoustiques des boîtes noires afin de retrouver le Boeing de Malaysia Airlines qui aurait coulé dans le sud de l’Océan Indien il y a trois semaines.

Le navire devrait atteindre la zone de recherche dans les trois jours. Il arrivera donc presque au moment où les signaux d’émissions des boîtes noires pourraient s’arrêter. "Il nous reste environ une semaine, mais la durée de vie de la batterie (des boîtes noires) dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression", a souligné le ministre australien de la Défense, David Johnston.

Les recherches s'étendent sur aire de 319 000 km2

Le navire a statistiquement peu de chance de retrouver ces boîtes noires puisque les recherches s'étendent sur 319.000 km2, soit la surface de la Norvège, et que le sonar américain doit être tracté à 5 km/h pour détecter des signaux.

Lors du crash de l’AF 447, les enquêteurs savaient où chercher l’avion et des morceaux de l'appareil avaient été retrouvés cinq jours plus tard. Mais il avait fallu 23 mois pour retrouver les boîtes noires. Or, dans le cas du vol MH370, aucun débris répéré par satellite n'a encore été identifié comme provenant du Boeing, plus de trois semaines après sa disparition.

Dix avions et neuf bateaux participent aux recherches

L'ancien chef de l'armée de l'Air australienne, qui coordonne les recherches depuis Perth, s'est lui aussi montré très prudent quant aux chances de l'enquête d'aboutir, ou de se terminer rapidement. "Le point de départ d'une opération de recherche et de secours est la dernière position connue du véhicule ou de l'aéronef. Dans ce cas particulier, la dernière position connue est loin, très loin de l'endroit où l'aéronef semble avoir disparu", a indiqué Angus Houston mardi.

Dix avions et neuf bateaux participaient aux recherches mardi. La zone d'exploration a été modifiée en fin de semaine dernière, après de nouveaux calculs sur la trajectoire de l'avion qui aurait volé plus rapidement que prévu et donc consommé plus de carburant et terminé son voyage plus au nord que les premières estimations.

Le 8 mars, le vol MH370 parti de Kuala Lumpur pour Pékin a, pour une raison inconnue, dévié de son plan de vol et mis cap sur l'ouest, survolant la Malaisie péninsulaire, vers le détroit de Malacca. Les radars l'ont perdu à ce moment-là. On sait que l'avion a continué de voler pendant plusieurs heures vers le Sud, dans l'océan Indien. La Malaisie a officiellement annoncé le 25 mars qu'il avait "fini dans le sud de l'océan Indien" sans qu'aucun élément matériel n'ait confirmé ce scénario.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique