Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Marrakech, Koh Lanta et le maillon faible

Agent de comptoir chez Voyages Carrefour Grand Littoral à Marseille, Elodie Kasbarian a découvert le Maroc grâce à l’éductour de Plein Vent à Marrakech.

En ce lundi de décembre, l’excitation est à son comble ! J’ai rendez-vous à l’aéroport Marseille-Provence pour mon second éductour. J’ai de la chance, il s’agit du Maroc, que je ne connais pas. L’éductour est organisé par Plein Vent, qui souhaite faire découvrir son nouvel hôtel-club l’Oliveraie de Marrakech. Me voilà à bord d’un avion de la compagnie maison Air Méditerranée affrété par le TO. 200 vendeurs de Paca et de Rhône-Alpes sont du voyage !

Dès mon arrivée, j’ai été totalement dépaysée en voyant l’Atlas enneigé, alors que le soleil réchauffait la ville. Même si l’éductour n’a duré que deux jours, il était très bien organisé par un staff de Plein Vent vraiment sympa. Nous avons commencé par la visite de l’Oliveraie. Ce bel établissement de charme d’une vingtaine de chambres a été rénové pour devenir un hôtel-club de 80 chambres. J’ai particulièrement apprécié le patio avec sa fontaine et ses jardins, et la décoration très locale. Le hammam et la salle de sport sont également de réels atouts. Le déjeuner, pris sur la terrasse, m’a permis de découvrir une cuisine marocaine excellente.

L’après-midi a été consacrée à la visite des souks. Je n’ai pas été déçue, même si je m’attendais à plus de féerie, moins de touristes. Peut-être ai-je idéalisé la destination ? La nuit tombée, place au boulot ! Plein Vent a imaginé une présentation de brochure originale, inspirée du jeu télévisé Le maillon faible, avec le staff déguisé. Un bon moment bourré d’humour, qui a permis de faire passer les points essentiels de la production.

La soirée, dans un restaurant un peu éloigné, a été fabuleuse. Nous avons été accueillis comme des princes par des cavaliers, sous une pluie de pétales de roses, et dans un décor reproduisant la place Djemaa el-Fna, avec cracheurs de feu, animaux et souk. L’excellent dîner n’a toutefois pas suffi à notre peine ! Pour clore une journée haute en couleurs, rien de mieux qu’une virée au Pacha Club, la discothèque à la mode. D’autant que, par la suite, la nuit à l’Oliveraie a été agitée. L’hôtel n’était pas encore ouvert et nous avons dû faire face à quelques petits désagréments : problèmes d’électricité, pas de chauffage, une eau glacée pour la douche et une chasse d’eau défaillante. Sans oublier un petit déjeuner avalé dans une pièce enfumée par la cheminée. Bref, une nuit presque digne de Koh Lanta ! Néanmoins, après quelques réglages, l’Oliveraie devrait être un très bon hôtel. Car il est calme, dans un lieu de charme au milieu d’une oliveraie, à 10 minutes du centre et à 5 km de l’aéroport. Tout en offrant tous les services d’un club, avec une animation francophone.

A dos de dromadaire

Le lendemain, une nouvelle surprise nous attendait dans la Palmeraie, avec la découverte de Marrakech sous un aspect ludique. A travers de nombreuses épreuves, les vendeurs se sont mesurés entre eux. Pas très bonne à la danse orientale, notre équipe s’est heureusement rattrapée avec la course de dromadaire, le polo à dos d’âne, le montage d’une tente bédouine et la course en babouches ! Pour clore ce trop rapide périple, nous avons déjeuné au coeur de la médina, au restaurant le Stilia. Je suis restée bouche bée devant un si bel établissement, et une nourriture si délicieuse. C’est sûr, le Maroc est une destination sublime !

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique