Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les djihadistes entament le dynamitage de Palmyre

Les djihadistes du groupe État islamique (EI) ont fait sauter à l'explosif le temple de Baalshamin, un des trésors archéologiques de la cité de Palmyre en Syrie.

La destruction de Palmyre se poursuit, confirmant les craintes, notamment de l'Unesco, envers la cité antique syrienne, après que l'Etat islamique s'en soit emparée en mai dernier. Dimanche 23 août, c'est le temple de Baalshamin qui a été bourré d'explosifs.

Un sanctuaire majeur en ruines

"Le bâtiment est en grande partie détruit", a déclaré à l'AFP Maamoun Abdulkarim, le directeur général des Antiquités et des musées de Syrie.  L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé la destruction de ce monument classé au Patrimoine de l'humanité par l'Unesco.

Le temple de Baalshamin a commencé à être érigé en l'an 17 en l'honneur du dieu du ciel phénicien, puis a été agrandi et embelli par l'empereur romain Hadrien en 130. Cétait le sanctuaire le plus important de Palmyre après celui de Bêl, selon le musée du Louvre à Paris.

Depuis leur installation dans la cité antique, les djihadistes ont multiplié les exécutions dans le théâtre antique, dont celle, la semaine dernière, de l'ancien directeur des Antiquités de la ville. Ils ont détruit en juillet la statue du Lion d'Athéna, qui se trouvait à l'entrée du musée de Palmyre, et ont transformé le musée en tribunal et en prison.

Des trésors saccagés

L'Unesco s'était déjà insurgé le 3 juillet contre la destruction d'œuvres d'art de Palmyre. "La destruction de bustes funéraires en provenance de Palmyre, en place publique, devant des foules et des enfants que l'on convoque au saccage de leur patrimoine est un spectacle d'une perversité glaçante", avait dénoncé sa directrice Irina Bokova.

Plus de 300 sites historiques syriens ont été endommagés, détruits ou pillés au cours du conflit débuté il y a plus de quatre ans, selon l'ONU.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique