Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : tous les coups sont permis…

Pas de doute, on sent que la reprise est au bout de la piquouse. Les cartes changent de couleurs, et chacun songe à l’été vacancier… Sauf que tout n’est pas si simple et que les vieilles habitudes reviennent plus vite que la vérole sur le bas clergé…

Et comme c’est le week-end, désormais sans masque en extérieur, on va pouvoir non seulement bouger mais aussi préparer les départs. Mais, les vieilles habitudes restent. Qui va faire grève ce samedi, à Roissy comme à Orly ? Ben oui, c’est gagné, les syndicats, enfin principalement la CGT que préside super Mario afin de protester contre « le plan d’adaptation des contrats de travail », plan qui prévoit notamment de modifier certaines primes, je cite « primes pour travaux sales ou de bonne conduite, heures majorées de nuit, indemnités kilométriques ou de téléphone… ».

Pour faire bonne mesure, les syndicats appellent aussi à une grève dans ces mêmes aéroports du 1er au 5 juillet prochain, jours des grands départs des Français enfin déconfinés.

Quant à la SNCF, elle ne restera surtout pas à quai, avec une première grève jeudi prochain en Île-de-France pour les conducteurs de RER et de trains de banlieue, avant de passer au « sursaut » national le 1er juillet pour l’ensemble du trafic ferroviaire.

Quand je vous dis que c’est la reprise… Faut dire que près de deux ans sans grève, ça doit démanger.

Quelle est la motivation, lecteur avisé ? Ben, comme d’habitude « une hausse générale des salaires, des embauches de personnel » et de « réelles négociations pour un statut social de haut niveau ».

Dominique Gobert, éditorialiste

 Très fort le Mario.

Et, bien sûr, une mention spéciale pour le Maroc, notre ami le Roi Mohamed, parce que là, c’est fort. Vraiment fort !

Tout le monde se souvient, que le pays, que nous aimons tous beaucoup, gros « accueilleur » de touristes français, avait dans une panique totale et sans préavis, fermé le 14 mars 2020 ses frontières, bloquant des milliers de touristes à l’intérieur du pays.

Personne n’a oublié la galère qu’avaient connue tous ces Français, beaucoup de retraités d’ailleurs, afin de regagner leur pays. Sans compter tous les frais engendrés pour nombre d’entre eux.

 Qu’à cela ne tienne, pour Mohamed, ce n’était pas important. En revanche, maintenant que petit à petit on revient à une situation apaisée, voilà que le Palais décide d’imposer à la compagnie nationale Royal Air Maroc, pas vraiment en bonne forme financière, des tarifs défiant toute concurrence. Sans d’ailleurs avoir préparé l’affaire, provoquant des « bugs » de tous les côtés, et des annulations chez leurs concurrents dont Air France qui n’en peut plus.

 Notre ami le roi s’en fout. N’empêche que, moralement, c’est pas beau. Mais tous les coups sont permis.

 Mais en même temps, comme dit Président Macron, qui peut encore parler de morale aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique