Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille »

2022 ! Comme le temps passe, sans pour autant évoluer différemment. 2020, on rêvait déjà de l’embellie en 2021. 2021, on croyait en 2022… En 2022, ça sent encore le pâté, si je puis m’exprimer ainsi !

Comme le disait ce bon vieux Jacques Chirac, « les emmerdes, ça vole toujours en escadrille ». Avec cette verve qui le caractérisait si bien, il semble bien qu’il ait eu une vision prophétique.

Ce que semblait corroborer Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, qui déjà l’année dernière, déclarait, suite à l’annonce des dernières décisions gouvernementales concernant le tourisme : « Nos entreprises, déjà asphyxiées, sont maintenant paralysées. » Et de rajouter en substance que le « gouvernement nous paralyse encore davantage » !

Mais aujourd’hui, personne n’est responsable de l’arrivée de cette cinquième, due à la dérive de la rencontre malheureuse entre un pangolin et une chauve-souris. Drôle de mariage d’ailleurs, dont j’ai beaucoup de mal à visualiser la consommation.

Toutefois, et comme personne n’y comprend trop rien, les choses ont quand même évolué même si, parfois, les décisions paraissent être prises à la va vite et sans aucune concertation, ce qui est assez dommage. On l’a vu récemment avec ces annonces de Jean Castex, lequel prévoyait un isolement de 7 jours pour les covidés potentiels, ramené à 5 jours si les cas sont moins puissants ou encore 3 jours. C’est selon. Perso, je n’ai rien compris, mais pour les voyageurs potentiels, ça veut dire beaucoup…

Dominique Gobert, éditorialiste

Pour les déplacements vers les territoires ultramarins, vaccinés ou pas, les voyageurs devront effectuer des tests

Finalement, à quoi sert ce fameux pass vaccinal ?

Pas fini, rassurez-vous. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire joue le montre. « Le quoi qu’il en coûte, c’est terminé », annonce-t-il. Mais, là on tient peut-être une bonne nouvelle, les entreprises en difficulté vont avoir davantage de temps pour rembourser les PGE, accordés en début de pandémie. Attention, ce sera du « cas par cas » et il va bien falloir, pour nos entreprises, se débrouiller dans le magma administratif afin de faire admettre leurs difficultés. Bonne chance, mais si vous y arrivez, vous obtiendrez un étalement du remboursement sur 10 ans. Avec un début de remboursement à la fin de l’année 2022.

En revanche, les aides aux coûts fixes, aides au chômage partiel restent encore en vigueur selon un barème amélioré. Mais manquent à l’appel ces fameuses exonérations de charges pour lesquelles Jean-Pierre Mas, reste ferme… Mais c’est pas gagné!

Quant aux voyages internationaux, c’est pas mieux. On apprenait ce matin que des pays comme Hong-Kong ou le Maroc notamment interdisaient jusqu’à nouvel ordre, l’entrée sur leur territoire des voyageurs français.

Chirac avait raison : « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille ». Président Macron l’a parfaitement compris.

Et bonne année, à tous.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique