Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le tourisme mondial se regroupe en villages

Les voyants sont au vert : nombre d’exposants, retour de grandes marques, création d’un espace affaires… Trois ans après l’installation du salon à Paris, la 32e édition de l’IFTM-Top Resa doit montrer sa capacité à réunir les familles du tourisme, mais chacune de son côté…

Mise à part l’annonce de la date de la prochaine journée de grèves fixée au jeudi 23 septembre, tous les signaux sont au beau fixe pour la 32e édition de l’IFTM-Top Resa. « Notre objectif de ventes d’espaces est atteint à 99 % et les niveaux de pré-enregistrement des visiteurs sont excellents, avec 92 % d’augmentation à J-15 », se félicitait Vincent Lhoste, le directeur général du salon, la semaine dernière. Durant les quatre jours du salon, qui aura lieu du 21 au 24 septembre, 1 200 marques et 300 à 330 exposants seront présents. En réussissant à signer un certain nombre de marques prestigieuses issues de toutes les branches du secteur, et pas uniquement du monde de la distribution, le pari de rassembler les familles du tourisme sous un même chapiteau sera peut-être tenu cette année. « Notre promesse sera de pouvoir leur amener sur quatre jours, 100 % de leurs cibles BtoB, analyse Vincent Lhoste. Il existe des salons de spécialistes, mais la vocation de l’IFTM-Top Resa est d’être généraliste et de rassembler toutes les professions du tourisme. » La piste d’un rapprochement, sous forme de rachat, du salon MAP Pro est d’ailleurs toujours d’actualité. « Il faut faciliter le travail des professionnels en concentrant les événements », résume le directeur général, tout en évoquant la nécessité de parvenir rapidement à une solution. En se posant comme rassembleur de la profession, l’IFTM-Top Resa démultiplie aussi l’intérêt commun pour les exposants et les visiteurs pour venir à la Porte de Versailles. « Un autocariste peut à la fois être producteur, réceptif, distributeur avec un réseau physique et une agence en ligne, en France ou à l’international, il trouvera ainsi parmi les marques exposantes des solutions correspondant aux besoins de tous ses métiers », poursuit Vincent Lhoste.

TOUTES LOGÉES À LA MÊME ENSEIGNE

Accor, Jet tours, Kuoni, Marmara, Hertz, Europcar ou National Citer ont accepté de participer à cette édition, après plusieurs années d’absence pour certains. Leur point commun ? Le besoin de rencontrer des visiteurs qualifiés et des acheteurs, mais pas à n’importe quel prix. Crise oblige, les budgets ont été réduits par les fournisseurs, tous secteurs confondus. « Les budgets ont été définis très en avance et ne sont pas extensibles, le message a été très clair de leur part, explique Vincent Lhoste. Mais ils viennent malgré tout, parce qu’ils transforment leur participation en action commerciale et ce marketing événementiel BtoB fait désormais partie de la stratégie des entreprises. » Surtout, l’IFTM propose des offres packagées pour un budget tout inclus, et permet d’inviter des visiteurs plus qualifiés dans de meilleures conditions. Le concept d’espaces thématiques et de villages a fait ses preuves dans ce domaine. Après le « Village TO » lancé l’an dernier, le « Village des réseaux » et un espace voyages d’affaires font leur apparition cette année. Chaque marque dispose d’une superficie et d’une offre clé en main adaptée à son budget et à ses conditions de travail sur place. Un stand de 20 m2, un espace privatif de travail, une décoration standardisée, un système de rendez-vous organisés en ligne, toutes les marques sont logées à la même enseigne, mais le business prime sur l’image et ses animations colorées. Une offre premium ou low cost, c’est selon, voilà quel a été le moteur pour faire revenir ces marques. « Leur budget a pu être divisé par 10 entre ce que certaines organisaient à Deauville et ce que nous leur proposons aujourd’hui », explique Vincent Lhoste. Ainsi, l’espace voyages d’affaires et événementiel a séduit les loueurs de voitures, les compagnies aériennes, des hôteliers, des fournisseurs corporate. Idem pour le « Village TO », qui accueille quatre nouveaux arrivants (Marmara, Jet tours, Kuoni et Asia), pour rassembler au total sur 700 m2, 21 marques, plus l’Association de tour-opérateurs – Ceto, contre 17 en 2009. Du côté des réseaux d’agences de voyages, grand pourvoyeur de visiteurs, une offre packagée leur est offerte pour s’assurer de la participation de leurs vendeurs ou responsables. Même si « la priorité n’est pas de doper à tout prix la fréquentation », estime Vincent Lhoste, alors que 26 000 visiteurs ont été comptabilisés l’an dernier. AS Voyages, Havas-Carlson, Nouvelles Frontières Distribution, le Cediv, Carrefour Voyages, Thomas Cook, Manor, chaque réseau disposera d’un espace de 30 m², d’une salle de formation et d’un grand hall pour organiser un événement interne. « Carrefour Voyages fera venir tous ses vendeurs pour participer à des formations », indique Vincent Lhoste. « C’est une grande première, explique Agathe Jacquemin, responsable du développement commercial chez Nouvelles Frontières Distribution, 150 à 200 vendeurs de notre réseau assisteront à des formations organisées par nos nouveaux tour-opérateurs partenaires », comme TUI, Marmara, Donatello ou Asia. Havas Voyages organisera sa première convention et présentera à son réseau son projet stratégique pour les trois prochaines années. AS Voyages organisera, lui, des rencontres et des ateliers autour des nouvelles brochures du réseau ou du multicanal.

LA FAMAILLE DES TECHNOLOGIES

Côté destinations, l’Indonésie, Taïwan, Macao, le Niger, la Tanzanie, l’Ouganda, le Gabon sont les nouveautés de cette année, tandis que deux autres pays, poids lourds du tourisme français, brilleront par leur absence : l’Espagne et le Canada. « C’est un salon fait pour multiplier les relations avec les TO, or nous avons déjà des relations quasi quotidiennes avec eux », justifiait fin août dans nos colonnes Maria Teresa de la Torre Campo, directrice par intérim de l’Office espagnol de tourisme en France. Pour fermer le cercle des familles du tourisme, la technologie a sa place sur le salon, mais bénéficie d’une moins bonne exposition, avec un timide espace « Technologies et Services », l’« Odyssée numérique » organisée avec Amadeus, et un espace « Easycafé » tenu par Easyvoyage, où l’on retrouvera aussi les membres de Level.com. Dernier maillon de la chaîne, la destination France n’est pas oubliée, mais l’espace dédié à l’oenotourisme a été reporté à 2011. Il sera organisé en alternance avec le salon Destination Vignoble organisé par Atout France.

Le salon propose une offre packagée pour un budget tout inclus et permet d’inviter des visiteurs plus qualifiés

%%HORSTEXTE:1%%