Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le réchauffement climatique s’invite au congrès des EdV

Le congrès des Entreprises du Voyage promet un débat « animé » sur le transport aérien, sa responsabilité dans le réchauffement climatique et les idées reçues à ce sujet.

En 2019, les Entreprises du Voyage (EdV) avaient invité à leur congrès le sociologue Rodolphe Christin, qui critique « la machine industrielle du tourisme« . En 2020, le tourisme responsable – ou irresponsable pour certains- est à nouveau au programme de cet événement annuel, organisé cette année en Albanie. Avec le grand débat « Le Voyage, ‘bouc émissaire’ du réchauffement climatique ? », le ton est donné. Jean-Pierre Mas, le président du syndicat, promet un débat « assez animé », a-t-il souligné mercredi en conférence de presse . « Nous n’avons pas peur des contradictions. » D’autres séances plénières sont programmées, sur différents sujets : l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence, la fragilisation des compagnies aériennes, l’absence de garantie des passagers, la norme NDC… Le programme complet est en ligne, sur le site Jevo.com.

L’Albanie, une destination (toujours) méconnue

Le congrès se déroule du 29 mai au 1er juin 2020, en partenariat avec le Seto, l’APST, l’Office du tourisme albanais et la compagnie Transavia. 150 professionnels du voyage se sont inscrits en l’espace d’une semaine. Les EdV anticipent 400 participants. Pour ce faire, deux avions ont été affrétés à destination de Tirana. Les congressistes seront hébergés dans deux hôtels, situés à environ 5 minutes de distance à pied.

« C’est un événement très important pour nous (afin de nous faire connaître) dans le vaste réseau des opérateurs du voyage », a indiqué Dritan Tola, ambassadeur d’Albanie en France. L’Albanie a accueilli 80 000 voyageurs français l’an passé, contre 61 000 en 2018. Situé à 2 heures de Paris en vol direct d’Orly, le pays reste méconnu, avec une capacité d’hébergement encore trop modeste (45 000 lits). « Nous disposons surtout de petits hôtels », a souligné l’ambassadeur. Des négociations sont en cours pour l’implantation de nouveaux hôtels avec des chaînes comme le français Accor, a-t-il ajouté. Des établissements qui seront nécessaires pour accompagner la croissance du tourisme. La destination revendique 7 millions de voyageurs en 2019, contre 5 millions en 2015. Reste à combattre de vieux « clichés, pas toujours flatteurs et presque toujours faux », a-t-il été relevé pendant la conférence de presse.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique