Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La suspension de vol d’Onur Airpénalise durement Marmara et Médiades

La suspension des autorisations de vol de la compagnie turque par la DGAC a contraint les deux voyagistes à trouver des solutions de remplacement dans l’urgence.

Marmara et Médiades se souviendront longtemps de ce vendredi 13 mai ! En décidant ce jour-là à 18 h 30, et sans aucune concertation, de suspendre les autorisations de vols de la compagnie turque Onur Air, la Direction générale de l’aviation civile française (DGAC) a mis les TO concernés dans une belle panade. Je trouve inadmissible d’être prévenu à 18 h d’une décision qui prend effet quatre heures plus tard, a remarqué Hervé Vighier, PDG du groupe Marmara, même si je ne porte pas de jugement sur cette décision. La DGAC, par mesure de précaution, a emboîté le pas aux autorités néerlandaises, lesquelles avaient suspendu la veille et pour un mois les vols d’Onur Air pour des raisons de sécurité, non détaillées. L’Allemagne et la Suisse ont suivi le mouvement, alors que la Grande-Bretagne, le Danemark et la Belgique choisissaient de conserver leur confiance à Onur. Le tout a donné une belle pagaille dans les aéroports le week-end dernier, quelque 50 000 touristes étant concernés. Nos clients ont subi des retards de 6 à 10 h, explique Hervé Vighier.

Tansit en Belgique ou nuit à l’hôtel pour les clients…

En période de basse saison, comme actuellement, Marmara affrète 35 vols par semaine auprès d’Onur Air, soit environ 6 000 passagers à transporter dans les deux sens. De son côté, Médiades fait voyager environ 1 600 clients sur les vols de la compagnie, laquelle réalise les deux tiers de son plan de vol, Fly Air assurant le reste.

Faute de solution immédiate, les deux TO se sont résolus à faire transiter samedi 14 mai certains de leurs clients par Charleroi en Belgique : deux vols pour Marmara, un pour Médiades. Nous avons laissé le choix à nos clients qui pouvaient aussi opter pour un remboursement intégral de leur voyage, explique Thomas Fioretto, directeur commercial de Médiades. Une soixantaine d’autres qui tenaient à partir de Paris ont passé la nuit à l’hôtel à notre charge, pour un départ différé au dimanche.

…et plans de vols totalement remodelés pour les TO

Depuis lundi, Médiades a reprotégé l’ensemble de ses passagers chez Fly Air, et est en attente d’un accord avec une compagnie à forte notoriété qui pourrait prendre le relais d’Onur Air. De son côté, Marmara a réorganisé son plan de vol avec Pegasus, Blue Line, Star Airlines, Aigle Azur et Air Méditerranée. Les horaires habituels ont subi quelques changements, mais 97 % de notre clientèle a pu être prévenue soit par les agences, soit par nos soins, raconte Philippe Tigreat, directeur commercial de la région Ouest du groupe Marmara. Certains vols en début de semaine ont dû être décalés de 24 h, mais les clients seront bien évidemment indemnisés, assure Hervé Vighier, qui a chiffré à 500 000 E par semaine le montant des frais engagés pour faire face à cette suspension de vol.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique