Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Sicile veut élargir ses horizons

« Un nouveau plan marketing de l’île met en valeur le thème « Une terre qui raconte des histoires ». Avec l’objectif d’élargir la saison et de doper les voyages culturels. »

C’est à la Casa Sicilia, sa nouvelle vitrine parisienne (800 m2 boulevard Haussmann), que la Sicile a présenté l’Altra Stagione (l’Autre Saison), un plan marketing destiné à doper la fréquentation des visiteurs français. Nous voulons élargir la saison, mais aussi promouvoir des régions moins visitées, comme les Iles éoliennes ou Pantelleria, ainsi que les sites culturels, auprès d’une clientèle haut de gamme, explique Fabio Granata, chargé du tourisme de la région Sicile. Consacrée aux produits du terroir et à l’artisanat, la Casa Sicilia servira également de relais pour promouvoir les manifestations culturelles siciliennes.

Au coeur de ce plan marketing, une campagne de communication (dont le montant n’a pas été dévoilé) met en avant des événements qui doivent donner envie de visiter l’île toute l’année : l’America Cup de voile à Trapani, la régate historique Bailly de Suffren à Palerme et Syracuse, des expositions, des festivals de musique classique, des opéras… Avec un message récurrent : Donnez-nous une semaine de votre temps et nous vous raconterons deux mille années d’histoire. Après des annonces dans la presse spécialisée en juin, la Sicile prévoit des passages sur plusieurs chaînes de télévision à partir de septembre.

Seulement 80 000 Français sur 4 millions de touristes…

Les spots mettront en avant des tarifs pour des forfaits tout inclus, mis en place avec la compagnie aérienne Méridiana. Seule à desservir la Sicile en vols directs réguliers (les vols d’Alitalia transitent par Bologne, Rome ou Milan), Méridiana a repris ses cinq vols hebdomadaires (de Paris vers Palerme et Catane) le 25 mars, après deux mois d’interruption pendant l’hiver. Pour leur part, les vols charters des tour-opérateurs n’opèrent qu’en haute saison, d’avril à octobre.

Si elle est bienvenue, cette campagne paraît toutefois bien tardive pour doper les ventes. Les statistiques de fréquentation datent un peu, mais on peut estimer que sur 4 millions de touristes, la Sicile n’accueille que 80 000 Français, dont une partie seulement achète leurs prestations auprès des tour-opérateurs. Outre les trois leaders, Aeroviaggi, Bravo Voyages et Sicilissimo, qui éditent une brochure dédiée et affrètent des vols spéciaux depuis Paris et la province, le marché est organisé autour de quelques spécialistes de l’Italie (Donatello, Autrement l’Italie…) et de TO généralistes (Fram, Look Voyages, Plein Vent, Neckermann, Thomas Cook, Starter…), qui programment des circuits culturels classiques, et surtout des formules clubs. Le Club Méditerranée dispose d’ailleurs de deux villages dans l’île (à Cefalù et Kamarina), et Nouvelles Frontières d’un Paladien.

Car la Sicile à la carte est toujours délicate à vendre. Les opérateurs locaux oublient que notre clientèle club achète au minimum trois excursions culturelles pendant son séjour. Mais comment proposer les îles mineures, alors qu’il est si compliqué de s’y rendre ?, s’interroge Vincent Gruosso de Sicilissimo (qui propose en exclusivité le Club Costa Verde, près de Cefalù). La Sicile insolite est chère et reste difficile à vendre, renchérit Jacques Boulifard, de Bravo Voyages (15 000 clients par an), dont la brochure musarde dans des sites plus rares, comme les Iles éoliennes. Il reste à espérer qu’au-delà de la campagne de communication en cours, les autorités et les opérateurs locaux entendront le message et amélioreront leur offre.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique