Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Roumanie, une terre de légendes

7 Aude Krzemianowski est vendeuse chez Génération Voyages (Afat Voyages) à Hellemmes (59). Elle a visité la Roumanie avec Itour Voyages et le réceptif Visit Romania.

Je suis toujours très touchée par les pays de l’Est, à cause de mes racines polonaises. Avec ce voyage en Roumanie organisé par Itour Voyages, j’ai retrouvé un peu de la République tchèque et de la Pologne, que je connaissais déjà, mais aussi une authenticité propre au pays. Le séjour fut bref mais inoubliable. La chaleur et la convivialité des habitants m’ont enthousiasmée. Même le long trajet en bus qui nous a fait traverser le pays du nord au sud n’a pas été un problème. Car nous avons été pilotés par une guide érudite et parfaitement francophone, qui a toujours fait preuve, tout comme les représentants du réceptif Visit Romania, d’une grande écoute, d’une disponibilité et d’une attention à toute épreuve.

Notre périple nous a d’abord conduits dans les montagnes moldaves, au nord. J’ai aimé les petites maisons avec leurs jardinets, rangées derrière des barrières de bois, qui clôturent aussi des champs très verts. Dans cette région traditionnelle, les chevaux tirent encore des charrettes sur les routes, et les vaches paissent sur le bord des chemins. Une simplicité d’une autre époque, mais bien agréable !

Sorcières et vampires

Et puis comment ne pas rester coi devant les superbes fresques peintes sur les façades des monastères de Bucovine ! Un spectacle unique, presque vivant. Au monastère de Sucevita, j’ai adoré la grande fresque de L’Echelle des vertus, où des petits moines tirés par des diablotins tombent en s’agrippant désespérément aux barreaux.

Direction la Transylvanie ensuite. Et naturellement, on s’imagine immédiatement marcher sur les traces de Dracula. J’ai eu un vrai coup de coeur pour cette région de légendes, en particulier pour la cité médiévale de Sighisoara, ville natale du prince Vlad qui a inspiré l’histoire du célèbre vampire. Perchée en hauteur, la ville est encerclée par d’impressionnants remparts et s’organise autour de la vieille horloge animée de personnages. Un spectacle nocturne joué dans ses ruelles par d’excellents comédiens, spécialement pour notre passage, nous a fait revivre une histoire mettant en scène une sorcière injustement accusée. Cette ville authentique n’est pas encore polluée par un trop-plein de touristes.

Plus au sud, après la découverte de Brasov, autre cité médiévale nichée au pied des Carpates, nous avons pris la direction de l’étonnant château de Peles, résidence royale des Hohenzollern, beaucoup plus visité. L’influence bavaroise y est manifeste, la noblesse des matériaux évidente, mais j’ai trouvé le style architectural trop chargé. Notre programme s’est achevé par la capitale Bucarest, et en particulier la découverte de l’immense Centre civique édifié par Ceaucescu sur une partie du centre historique, rasé pour l’occasion. Nous n’avons visité qu’un échantillon de ce palais, qui compte parmi les plus grands du monde. Mais ce que nous en avons vu en dit long sur la mégalomanie du dictateur.

Des alcools qui décapent

Partout, les hôtels étaient propres, et même douillettement confortable pour le Sofitel de Bucarest. J’ai adoré l’établissement de charme que nous avons visité au coeur de Sighisoara, imprégné de l’ambiance de la vieille ville. Côté nourriture enfin, nous avons goûté au régime roumain, rustique et costaud, et arrosé d’alcools qui décapent ! J’ai aimé la polenta, plat typique couvert de crème et de lait, et plusieurs vins légers très agréables !

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique