Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La France, championne du monde ? Oui mais…

Les chiffres 2017 de la fréquentation touristique de la France viennent tout juste de tomber. Si la destination franchit un nouveau record, il lui reste du pain sur la planche pour faire augmenter ses recettes.

C’est désormais officiel. La DGE vient de publier les chiffres de fréquentation de la France en 2017, chiffres qui confirment un excellent cru pour la destination. L’an dernier, 87 millions d’arrivées de touristes étrangers ont ainsi été comptabilisées. La France reste ainsi en tête des destinations mondiales en termes d’arrivées. Avec ces belles performances, l’Hexagone efface aussi le signe “moins” qui s’était glissé dans ses statistiques, suite aux attentats de 2015. En 2016, le nombre d’arrivées étrangères avait ainsi reculé de 2,1%, pour se fixer à 82,7 millions d’arrivées. Ce rebond, la France le doit au retour massif des touristes européens, en hausse de 5,6%  note la DGE. « Ces touristes représentent 79% des arrivées internationales et contribuent à hauteur de 4,4 points à leur croissance de 5,1%. La hausse des arrivées européennes rompt avec quatre années consécutives de repli.”

Le Royaume-Uni (12,7 millions d’arrivées, +6%), l’Allemagne (11,8 millions, stable), la Belgique et le Luxembourg (11,3 millions, +9,6%) composent les trois premiers marchés de la destination.

 

La durée du séjour en léger recul

Sur l’ensemble des marchés, certains pays s’affichent toutefois en recul. C’est le cas de l’Italie (-4,6%), mais aussi du Canada (-11,5%), de l’Inde (-5%) ou de l’Afrique du Nord (-5,4%). Si elle reste encore marginale, la clientèle russe revient quant à elle en force, en atteignant le niveau record de 2013 avec 800 000 touristes, marquant une progression de… 43,4% ! Les marchés américain (+5,6%), japonais (+17,8%) et espagnol (+17,3%) demeurent, parmi d’autres, très dynamiques. Bémol toutefois, la durée moyenne du séjour est en légère diminution. Si le repli est minime (6,7 jours contre 6,8 en 2016), il va à l’encontre des objectifs d’augmentation des recettes touristiques définis par le gouvernement. Le but pour la destination n’est en effet pas seulement de maintenir sa place de première destination en termes d’arrivées internationales. Elle doit aussi désormais faire progresser ses recettes touristiques. A cet égard, le pays ne se classe que troisième (après révision des chiffres par la Banque de France), les deux premières marches du podium étant occupé par Les Etats-Unis et l’Espagne. L’objectif est désormais d’atteindre les 60 milliards d’euros de recettes touristiques, et 100 millions d’arrivées internationales, à l’horizon 2020.

Source : Banque de France

 

Cliquer ici pour accéder à l’étude de la DGE.