Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Côte d’Azur bousculée par les eaux, mais pas son tourisme

Les dégâts causés par la grosse mer le 4 mai pourraient s’élever à plusieurs millions d’euros. La saison estivale n’est pas remise en cause.

C’était l’embouteillage dans la gare maritime de Villefranche-sur-Mer (06) en ce mercredi 5 mai. Au lendemain du coup de tabac qui a submergé les plages de la Côte d’Azur, des dizaines d’autocars attendent les 1 200 passagers du Brillance of the Seas (Royal Carribean), bloqués dans la baie. Ils retrouveront leur bateau, inaccessible par la mer, en rade de Toulon où ils pourront embarquer en sécurité.

AIDE LOCALE ET PRÊT À TAUX ZÉRO

Les vagues, allant jusqu’à une dizaine de mètres selon les témoins, qui ont déferlé sur les plages azuréennes, ont perturbé l’activité touristique et endommagé certaines infrastructures touristiques. Ces dernières devraient être rapidement remises en services. Les restaurants en bord de mer, les 22 plages privées niçoises, mais aussi le quai Laubeuf à Cannes, le ponton Courbet à Antibes ainsi que les digues de Mandelieu et Cap d’Ail ont souffert. « Nice, Cannes, Cagnes-sur-Mer, Antibes et Menton sont particulièrement touchées », ont constaté les services de l’État. L’aéroport de Nice a été privé d’une de ses pistes durant deux jours, « sans provoquer d’annulation, juste quelques retards », déclare l’aéroport finalement assez rassuré : « C’eut été une catastrophe si cet événement était survenu maintenant avec le festival de Cannes et le Grand Prix de Monaco. » Au total, les dégâts, en cours d’évaluation, pourraient s’élever de « trois à huit millions d’euros », dans les Alpes-Maritimes, selon le maire de Nice, Christian Estrosi. Une aide directe locale de 200 000 E a été accordée aux plagistes de Nice touchés par le coup de mer, et 2 ME de prêt à taux zéro. Enfin, un comité interministériel devrait se réunir, le 20 ou le 21 mai, pour statuer sur l’état de catastrophe naturelle. D’ores et déjà, la Croisette, à Cannes, et la Promenade des Anglais, à Nice, sont de nouveau accessibles ainsi que les routes côtières. Cette houle méchante ne devrait être qu’un mauvais souvenir cet été.