Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Haïti : le Quai d’Orsay recommande de reporter ses déplacements, les pros s’organisent

Le mouvement de contestation anti-gouvernemental commence à avoir de lourdes conséquences pour le tourisme et contraint les pros à prendre des mesures difficiles.

La situation est toujours extrêmement tendue en Haïti, en proie à une grave crise sociale. Dans ce contexte, le Quai d’Orsay, qui incitait en début de semaine les voyageurs à limiter les déplacements, recommande désormais de reporter tout voyage en Haïti jusqu’à nouvel ordre. “Au cours des derniers jours, les violences en Haïti (tirs, barrages routiers, tentatives de pillage…) ont fait plusieurs victimes et provoqué des dégâts matériels importants, détaille le Quai d’Orsay sur sa page Conseils aux voyageurs. La situation demeure très tendue à Port-au-Prince. Un appel au blocage du pays a été lancé par plusieurs mouvements.”

Boomerang annule ses départs jusqu’au 15 mars

Les conséquences de cette situation commencent à être lourdes pour le tourisme ; les pros sont contraints à prendre des mesures difficiles. Boomerang Voyages, seul opérateur de clubs à destination, sous la marque Coralia, annulait dès mercredi les départs prévus sur les prochains jours. « Pour l’instant, nous suivons les recommandations du Seto et aucun départ ne sera effectué avant, au moins, le 18 février. Je pense que la situation dépassera cette date…», indiquait ainsi Philippe Sangouard, le directeur du voyagiste. La mesure ira effectivement bien au-delà : ce vendredi matin, le TO a annoncé l’annulation de l’intégralité des départs jusqu’au 15 mars, et ce alors qu’approche la fin de saison (fin mars/début avril). “Les activités du pays sont paralysées par des manifestations populaires dans les principales villes, souvent hérissées de barricades, rappelle le TO dans un communiqué. Cette situation rend impossible le transfert de nos clients entre l’hôtel et l’aéroport et ne nous permet pas d’assurer leur sécurité.” “Nous sommes dans un cas de force majeure, la destination ne nous permettant pas de garantir la sécurité de nos clients”, ajoute le TO. En conséquence, Boomerang propose à ses clients un report du séjour réservé sur l’un de ses Clubs Coralia en République Dominicaine, ou bien un avoir du montant total du dossier à valoir sur un séjour sur les 9 prochains mois.

Une centaine de clients québécois bloqués sur place

Le groupe Transat, ancienne maison mère de Vacances Transat, doit aussi gérer une situation complexe. D’après une information rapportée par l’AFP, une centaine de touristes québécois, logés dans un hôtel de la côte des Arcadins, sont dans l’incapacité de rentrer chez eux. Ils auraient normalement dû quitter Haïti dès dimanche dernier. En cause, là aussi, l’accès à l’aéroport. « Actuellement, il n’est pas sécuritaire d’organiser un voyage vers l’aéroport, donc pour le moment nos clients sont à l’hôtel, ils sont parfaitement en sécurité », a déclaré à l’AFP Christophe Hennebelle, vice-président du voyagiste canadien. « On est en contact constant avec l’ambassade canadienne en Haïti et avec les autorités gouvernementales pour évaluer la situation », a-t-il ajouté, précisant espérer que « dans les prochains jours » le rapatriement de ces Canadiens soit possible. Un avion est prêt à tout moment à quitter le Canada pour aller les chercher.” Le gouvernement canadien a lui aussi exhorté ses ressortissants à « éviter tout voyage non essentiel dans ce pays ».

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique