Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève SNCF : l’Unsa s’arrête, la CGT insiste

Même si la grève SNCF est censé s’interrompre le 28 juin, la CGT a indiqué qu’elle poursuivrait le mouvement en juillet. Mais l’unité syndicale semble se fissurer. L’Unsa annonce ce mardi qu’elle ne poursuivra pas la grève cet été.

Aujourd’hui s’achève le trente-deuxième jour de la grève en pointillé (deux jours tous les cinq jours) mise en place par les syndicats. Ce calendrier du mouvement anti-réforme doit s’achever avec un trente-sixième jour d’arrêt de travail, le 28 juin prochain.

Mais la fédération CGT des cheminots, premier syndicat de la SNCF, a d’ores et déjà proposé aux autres membres de l’intersyndicale du groupe public ferroviaire (UNSA, SUD, CFDT) de discuter de l’organisation de trois nouveaux jours de grève contre la réforme ferroviaire.

SUD avec la CGT

SUD rail, par la voix de son secrétaire fédéral, Erik Meyer, a déclaré à Libération que « les dates du 2 et du 6 juillet n’ont pas de sens, car ce ne sont pas des jours de grands départs. Nous sommes prêts à discuter du 7, car nous voulons cibler les grands départs en vacances.»

Il s’agit des lundi 2, vendredi 6 et samedi 7 juillet, soit le premier grand week-end de départ en vacances. Cette proposition doit être envisagée lors de la réunion de l’intersyndicale, cet après-midi.

La CFDT avec l’Unsa ?

Cependant, l’Unsa ferroviaire, le second syndicat de la SNCF, a décidé dès ce matin qu’elle « ne continuerait pas la grève en juillet » contre la réforme ferroviaire, comme l’a annoncé son secrétaire général Roger Dillenseger. Elle restera dans la mobilisation « jusqu’au 28 juin conformément à son engagement intersyndical », a précisé Roger Dillenseger.

Quatrième syndicat représentatif de la SNCF, la CFDT Cheminots, qui représente « 30 % des conducteurs » de trains, a décidé une suspension partielle du mouvement durant le passage du bac, appelant à faire rouler les RER et TER pour ne pas pénaliser les candidats.

Pour résumer, on peut présumer une poursuite des arrêts de travail par un duo CGT-SUD et sans doute un arrêt du duo UNSA-CFDT, ce qui fragiliserait l’intersyndicale.