Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram résiste en 2009….

Malgré la crise, le TO a tenu bon en 2009 et amélioré ses résultats grâce à une stratégie de réduction de coûts et de préservation de sa marge.

 

 «L’année 2009 a été épouvantable, une des plus difficiles que le secteur ait connue mais Fram s’est bien défendu, n’a pas entamé sa solidité financière et a même prouvé sa capacité à innover et à affronter d’autres tempêtes ». En présentant hier à Soustons dans les Landes, où a ouvert le 12 juin dernier son premier Framissima Nature, les résultats de l’exercice 2009 Georges Colson, président du Conseil de surveillance du TO ne cachait pas sa satisfaction. Au 31 décembre, Voyages Fram a réalisé un chiffre d’affaires de 373M€, certes en baisse de 14% (pour 440 000 clients, -16%) mais affiche un résultat net en progression de +6,6%, à 8,8M€. « Cette performance est due à la force de la marque », analyse Antoine Cachin, président du directoire,  avec des produits labellisés (Framissima, Frameco et clubs Olé) qui représentent désormais 49% de la clientèle totale, soit 7 points de mieux qu’en 2008. Pour résister, le TO a su aussi mener de front réduction des coûts (frais généraux, masse salariale diminuée d’environ 10% sur les temps plein) et régulation de l’activité. « Nous avons pris le risque d’avoir moins de volume pour préserver nos marges », explique Antoine Cachin. Les sièges à risque ont ainsi été diminué de 15% et  la part des vols sur Air Méditerranée, la compagnie partenaire augmentée (+4%), pour une plus grande flexibilité de la gestion aérienne. Les synergies avec Plein Vent ont par ailleurs permis de conforter les départs de province. Au global, le groupe Fram (Plein Vent inclus) a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 454M€ (-7%) mais avec un résultat net part du groupe stabilisé à +0,3M€. Les capitaux propres sont toujours « pléthoriques » à 116M€ et l’endettement financier limité à 30M€. Une solidité financière qui rend Fram assez serein alors que la saison d’été reste incertaine et que le coût du nuage est chiffré à 4M€. Au 12 juin, les ventes affichent « seulement » un retard de 2% par rapport à l’an dernier même période avec une forte reprise ces 8 dernières semaines.