Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Etats-Unis : des milliers de vols annulés à cause d’une tempête

 » Comme prévu, la tempête Stella a semé le chaos dans les aéroports du nord-est des Etats-Unis, avec plus de 8 700 vols annulés. »

L'alerte au blizzard, décrétée à minuit lundi soir pour une durée de 24 heures, a été levée pour New York et la plupart des zones côtières mardi matin. Elle était en vigueur pour des zones du Connecticut, du Massachusetts et dans le nord de l'Etat de New York. La tempête a quand même engendré l’annulation de milliers de vols.

New York fortement touchée

Selon les données de Flightaware mardi au matin, l’aéroport de Newark-Liberty était le plus touché, avec 527 annulations (87% des départs prévus). Viennent ensuite LaGuardia toujours dans la région de New York (433 vols annulés, 77% du programme), puis Boston-Logan (398 vols annulés, 76% du programme) et New York-JFK (389 vols annulés, 65% du programme). Entre 200 et 250 annulations sont affichées à Baltimore, Philadelphie ou Washington-Reagan et environ 150 à Washington-Dulles et Chicago.

683 vols annulés pour AA

Première compagnie domestique américaine, la low cost Southwest Airlines a annoncé mardi l’annulation de tous ses vols dans 14 aéroports situés entre Washington et Portland dans le Maine, soit 908 départs selon Flightaware. American Airlines affiche 683 annulations, JetBlue Airways 626, United Airlines 557, Republic Airways 416, ExpressJet 341 et Delta Air Lines 297.

Parmi les compagnies étrangères affectées,  Air Canada (114 annulations en comptant Jazz Air), et Air France qui a supprimé ses quatre départs vers New York-JFK ainsi que celui vers Boston. Au total, plus de 8.700 vols ont été annulés entre lundi et mercredi.

Si le maire de New York a déjà que le trafic aérien devait reprendre progressivement depuis les aéroports de l'agglomération New Yorkaise, trois retards et trente annulations sont encore à déplorer aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique