Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

États-Unis/Canada

«Valeur sûre. » L’expression est dans la bouche de tous les TO lorsqu’il s’agit d’évoquer les États-Unis et le Canada. Après une année 2008 exceptionnelle, 2009 avait douché leur optimisme. Mais ce repli n’aura finalement été qu’un accident de parcours, sur fond de crise économique généralisée. En 2010, l’Amérique du Nord a pleinement retrouvé son « fighting spirit ». Résultat : la fréquentation française sur le continent a renoué avec des rythmes de progression soutenus, meilleurs que la moyenne des marchés internationaux : +6,8 % au Canada, à 435 500 visiteurs, et +11,5 % aux États-Unis, où un nouveau record a été établi, à 1,34 million de touristes français.

Des augmentations dont les TO ont eux aussi pleinement profité, puisque le Ceto a enregistré des ventes de forfaits en hausse de 12 % vers le Canada et de 7 % vers les États-Unis au cours de l’exercice 2010 (du 1er novembre 2009 au 31 octobre 2010). Aux États-Unis, beaucoup ont atteint les niveaux de ventes de 2008, année de référence. Les prix des hébergements, souvent restés attractifs, notamment à New York ou Las Vegas, expliquent sans doute en partie cet engouement.

LES COMPAGNIES AÉRIENNES AU TOP

La bonne santé du marché a en tout cas aiguisé l’appétit des compagnies aériennes à vocation loisirs : quelques semaines après le lancement du vol de XL Airways Paris-Las Vegas, c’était au tour de Corsairfly d’inaugurer sa ligne vers Miami. Et Air France a suivi cette année, avec le lancement de sa desserte d’Orlando en juin dernier. Quant à la marée noire dans le Golfe du Mexique, au printemps 2010, elle semble n’avoir freiné aucune ardeur du marché français, pas plus que les nouvelles évolutions des formalités d’entrée (notamment l’instauration d’une taxe d’entrée de 14 dollars en septembre), auxquelles le public s’est manifestement habitué. Idem au Canada, où les Jeux olympiques de Vancouver n’ont pas nui aux TO français. Pour cause : même si les voyages en hiver ou dans l’ouest du pays séduisent de plus en plus de clients hexagonaux, ce sont encore la saison estivale et le Québec qui génèrent la grande majorité des ventes. Ce sera une nouvelle fois vrai en 2011, qui devrait faire office d’année de consolidation. Alors que le moyen-courrier, sur lequel repose traditionnellement la réussite de l’été pour les TO français, est en plein tourment, cette solidité de l’Amérique du Nord est la nouvelle rassurante dont le secteur avait besoin.

Les touristes français restent fidèles au continent américain

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire