Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Easyjet : pas de limites à la diversification

La compagnie a réglé à l'amiable un litige avec son fondateur Stelios Haji-Ioannou sur l'utilisation de la marque "easy", qu'elle va pouvoir, moyennant une redevance annuelle, continuer d'exploiter comme elle l’entend, notamment en développant les revenus annexes.

EasyJet se rabiboche avec son fondateur Stelios Haji-Ioannou. Sa société EasyGroup a trouvé un accord avec la compagnie prévoyant notamment le versement par easyJet d'une redevance représentant 0,25% de son chiffre d'affaires annuel sur 50 ans, et fixée à 3,9 et 4,95 millions de livres la première et la deuxième année, respectivement (soit 4,5 et 5,7 millions €). Ce compromis donne aussi plus de liberté à easyJet pour nouer des partenariats commerciaux, et annule toute restriction concernant la proportion de ses recettes tirée de revenus annexes, comme c’était le cas jusqu’à présent. C’est d’ailleurs cette clause qui a poussé Stelios haji-Ioannou et easyJet au tribunal. En contrepartie de l’accord, Stelios Haji-Hoannou va renoncer à son droit d'être président d'easyJet, et easyGroup perdra son droit à deux sièges au conseil d'administration de la compagnie.  "Dans l'ensemble, c'est une issue positive pour easyJet", et "le point le plus positif pour nous est que Stelios Haji-Ioannou a renoncé à ces droits à une représentation au conseil d'administration, ce qui devrait réduire à l'avenir les conflits au sein du conseil d'administration.", a estimé la Deutsche Bank dans une note.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique