Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Desserte de la Corse : le Conseil d’Etat déboute Corsica Ferries

Nouvel épisode dans le bras de fer qui oppose régulièrement Corsica Ferries et la Collectivité de Corse, cette fois-ci remporté par cette dernière.

La compagnie maritime Corsica Ferries, qui contestait les conditions de la future délégation de service public (DSP) maritime pour la desserte de la Corse entre 2023 et 2029, a été définitivement déboutée vendredi par le conseil d’Etat.

Le tribunal administratif de Bastia avait déjà rejeté le 20 juillet dernier les contestations de Corsica Ferries à l’encontre de la future DSP. Selon la décision, le conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, a rejeté la demande de la compagnie maritime d’annuler la première décision du tribunal administratif.   

Des recours en justice quasi-systématiques

Suite à celle-ci, seules deux compagnies avaient candidaté, le 25 juillet dernier, à l’appel d’offres pour cette nouvelle DSP de la collectivité de Corse : la Corsica Linea et La Méridionale. Cette DSP, comme les précédentes, concernera les lignes entre Marseille et les cinq ports de l’île : Bastia, Ajaccio, Propriano, Porto-Vecchio et L’Île-Rousse.

Elle fait l’objet de « discussions » avec Bruxelles, a indiqué jeudi à l’Assemblée de Corse le président du conseil exécutif Gilles Simeoni, mais devrait être attribuée en décembre, possiblement par un vote lors de la session de l’Assemblée de Corse du 15 et 16 décembre puisqu’elle doit débuter au 1er janvier 2023. Le bras de fer entre la Corsica Ferries et la Collectivité de Corse, marqué par des recours en justice quasi-systématiques à l’égard des DSP ou des appels d’offres, dure depuis plusieurs années.

Dans l’une de ces procédures, la Collectivité de Corse avait été définitivement condamnée par le Conseil d’Etat le 29 septembre 2021 à verser 86,3 millions d’euros à la Corsica Ferries en réparation d’un préjudice lié au « subventionnement illégal » de sa concurrente, l’ex-Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) entre 2007 et 2013.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique