Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment travailler avec des influenceurs et autres blogueurs

Développer de bonnes collaborations avec des influenceurs ne s’improvise pas. Les conseils d’Arnaud Desmarest, formateur à l’Escaet.

Facebook, Instagram, SnapChat, YouTube, Twitter… : les marques sont condamnées à utiliser les réseaux sociaux, pour être proches de leurs clients et prospects. C’est justement ce que les meilleurs influenceurs savent faire, souvent avec passion. Mais comment faire appel avec eux ? Arnaud Desmarest, formateur à l’Escaet, a donné quelques clés pour éviter des erreurs de jeunesse et des malentendus, lors d’un atelier organisé lors du Congrès des entrepreneurs du voyage.

1) Mesurer son intérêt. "Les influenceurs représentent l’un des leviers les moins chers, par rapport à d’autres outils de web-marketing, estime Arnaud Desmarest. Une petite entreprise peut ainsi, à moindre coûts, toucher une communauté qui lui ressemble". Les grandes marques incluant les compagnies aériennes et les TO voient leur intérêt. Une agence de voyages spécialisée, qui veut percer sur Internet, aussi. Mais pas l’agence généraliste de quartier.

2) Identifier les influenceurs qui correspondent à son positionnement et à ses objectifs. Certains influenceurs descendent dans des chambres d’hôtes, d’autres des palaces. Leur ton doit aussi correspondre au cœur de cible de l’entreprise qui recourt à leurs services. Cette phase de benchmark et de match est donc capitale. Des marques l’ont sous-estimée, et ont ensuite été déçues des résultats.

3) Les considérer. "Il faut arrêter de penser que les entreprises peuvent acheter les influenceurs en nature, poursuit Arnaud Desmarest. Nous devons les considérer comme des professionnels, avec une ou des spécialités. Or tout travail mérite salaire". Si un YouTuber qui démarre va accepter des gratuités, un confirmé demandera une rémunération. D’ailleurs, les blogueurs et autres Instagramers s’organisent en véritable agence de communication digitale, à travers des regroupements tels Le collectif des blogueurs voyage et Le collectif voyage digital.

4) Laisser carte blanche. Ou presque. Il faut, en tant que marque, séduire les influenceurs – parfois très sollicités – avec des projets qui sortent des sentiers battus. Mais après le brief, mieux vaut lâcher du lest, faire confiance. "La valeur économique d’un blogueur, c’est sa communauté. Si l’on cherche à lui imposer un style, il ne va pas l’accepter. Sinon, il perdrait le fil avec ses fans et followers". Le résultat peut être rafraîchissant. En témoigne l’opération En combi Simone de Nomade, qui était un road-trip en Europe, raconté en vidéos.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique