Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Chine : HNA placé en procédure de faillite

Criblé de dettes, le conglomérat HNA, autrefois très investi dans le tourisme, n’aura pas survécu à la pandémie… et au serrage de vis de Pékin contre le secteur privé.

Hilton, Aigle Azur, Pierre & Vacances/Center Parcs, Radisson Hotel Group, Tap Portugal, Servair, Air Europa, … Toutes ces entreprises ont fait les yeux doux – et de la place dans leur capital – au conglomérat privé chinois HNA. C’était au milieu des années 2010 quand tous les regards du tourisme, en croissance continue, se tournaient vers l’Empire du milieu.

L’idylle a tourné court pour la plupart d’entre elles et HNA, criblé de dettes et mis à terre par la pandémie, a annoncé son placement en procédure de faillite. Le groupe, très investi dans le tourisme et l’aviation, a revendiqué jusqu’à 400 000 salariés. Il était jusqu’en février 2020 la maison-mère de Hainan Airlines, l’une des compagnies aériennes les plus populaires de Chine, et vitrine d’HNA.

« Le groupe ne pouvait pas rembourser ses dettes »

Mais l’année dernière, Pékin nationalise HNA, et revend Hainan Airlines à différents transporteurs chinois. En effet, et d’une manière générale, les régulateurs chinois sont préoccupés par l’ampleur des prêts contractés par les grands conglomérats du pays, à l’image de Wanda (immobilier, cinéma, parcs d’attraction), Fosun (tourisme, divertissement) et Anbang (assurance, hôtellerie). HNA était – déjà – le plus endetté d’entre eux, et le gouvernement de Xi Jinping l’avait nationalisé pour stabiliser l’industrie du transport aérien, déjà touchée par les premiers impacts de la pandémie.

Accablé par les dettes, HNA a donc indiqué dans un communiqué que ses créanciers avaient demandé son placement en faillite et une restructuration. « Le groupe ne pouvait pas rembourser ses dettes », précise le document. HNA a promis de coopérer avec la justice et de défendre les droits des créanciers. Pour renflouer sa trésorerie, l’entreprise dont le siège se trouve dans l’île tropicale de Hainan (sud), s’efforce de réaliser des cessions et de se désengager de coûteux actifs immobiliers. Elle reste cependant endettée à hauteur de 75 milliards de yuans (9,6 milliards d’euros), d’après l’agence d’information financière Bloomberg.

En France, HNA avait également fait parler d’elle quand son fondateur, Wang Jian, alors âgé de 57 ans, s’était tué en 2018 dans le Vaucluse. Le patron a succombé à une chute d’une quinzaine de mètres dans le centre du village de Bonnieux, où il voulait se faire prendre en photo par sa famille.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique