Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Brexit : quelles conséquences pour les voyageurs se rendant à Londres ?

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait avoir un impact à moyen terme sur les conditions de voyage des Français au Royaume-Uni.

« Nous avons eu plusieurs échanges avec le Quai d’Orsay. A ce stade, nous ne recommandons pas le passeport pour les séjours à compter du 30 mars en cas de hard Brexit, et ce au moins jusqu’au 31 décembre 2020 », a expliqué Guillaume Beurdeley, juriste aux Entreprises du Voyage, lors d’un atelier organisé pendant le congrès.

Une position que précise d’ailleurs le site du quai d’Orsay sur son site. Si un accord de retrait est conclu et ratifié à la date du 29 mars 2019, les conditions de circulation entre l’Union européenne et le Royaume-Uni resteront inchangées, est-il précisé : le voyageur français ou européen devra être muni d’un passeport ou d’une carte d’identité valide pour entrer sur le territoire britannique.

Pas d’obligation de visa prévue

En l’absence d’accord, il pourra continuer de voyager avec son passeport ou sa seule carte d’identité jusqu’au 31 décembre 2020. Mais après cette date, « il est possible que les voyageurs doivent être munis d’un passeport », précise  le ministère des Affaires étrangères.

Accord ou pas, les ressortissants britanniques se rendant en Europe seront exemptés de visa pour une durée de trois mois maximum, a confirmé l’Union européenne en fin de semaine dernière. La mesure devrait être réciproque pour les voyageurs français souhaitant se rendre au Royaume-Uni.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique