Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

« Nous avons créé la première banque du tourisme »

| | | | | par
Marie-Dominque Desaegher, Directrice de la Banque du Tourisme du Crédit Agricole Mutuel Pyrénéés Gascogne
Marie-Dominque Desaegher, Directrice de la Banque du Tourisme du Crédit Agricole Mutuel Pyrénéés Gascogne

Depuis février 2013, le Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne dispose à Pau d'une structure bancaire entièrement dédiée au secteur touristique. Une expérience inédite en France.

L'Écho touristique : Quelle est l'origine de cette banque du tourisme ?

Marie-Dominique Desaegher : C'est un projet qui a mis deux ans à mûrir. Pendant cette période, j'ai rencontré de multiples acteurs du

Vers la création d'un réseau national ?

  • Cette première banque dédiée au tourisme n'opère que sur le territoire du Crédit Agricole Mutuel de Pyrénées Gascogne, soit trois départements (Pyrénées Atlantiques, Gers et Hautes-Pyrénées). Mais d'autres caisses régionales de ce réseau bancaire pourraient dupliquer l'expérience ailleurs en France. Marie-Dominique Desaegher espère même qu'à terme l'expérience soit reprise par le siège national de la banque, ce qui permettrait de répondre aux problématiques des grands groupes du tourisme.

 

tourisme opérant sur la région que nous couvrons (voir encadré). Tous disaient la même chose : les banques refusaient la plupart du temps de leur accorder des financements, considérant le tourisme comme une activité trop risquée. Et contrairement à un secteur comme l'agriculture, aucune n'était capable de leur proposer des offres spécifiques.

À qui vous adressez-vous ?

La filière touristique ne se résume pas à l'hôtellerie et à la restauration. Nous voulons être le banquier du tourisme au sens large : des musées, des opérateurs de stations de ski, des organisateurs d'activités, des associations de défense du patrimoine, etc. Notre territoire est à cheval sur la mer et la montagne, avec des acteurs de toutes tailles, du très grand hôtel en bord de plage jusqu'à l'accompagnateur de randonnées. Sans oublier qu'il existe à Pau un pôle d'excellence tourisme dédié à l'innovation et à la recherche, duquel émergent de nouveaux entrepreneurs.

Quelle offre proposez-vous à ces professionnels ?

Nous travaillons sur une première gamme de produits qui sortira en fin d'année, destinée à répondre à leurs besoins spécifiques en matière de financement, à court comme à moyen terme, que ce soit pour se mettre aux normes, porter l'innovation, se constituer une épargne, gérer d'éventuels problèmes de trésorerie, notamment lorsque l'activité est très saisonnière comme c'est le cas en montagne ou sur le littoral. Mais nous considérons que notre rôle va au-delà du seul financement.

C'est-à-dire ?

Le Crédit Agricole est une banque coopérative et mutuelle, ce qui se traduit par un mode de fonctionnement particulier. Dans le cas du tourisme, nous avons créé ce que nous appelons une caisse locale, qui rassemble 16 professionnels du secteur chargés de faire remonter auprès de la banque les demandes du terrain. Nous avons aussi mis en place des ateliers de réflexion et de formation à destination des acteurs de la filière. L'un est, par exemple, consacré à la création ou à la transmission d'entreprise. Un autre vise à améliorer la professionnalisation du secteur sur des sujets comme la fiscalité, la comptabilité ou la question des travailleurs saisonniers.

Mais est-ce vraiment la vocation d'une banque ?

Oui, car si la filière tourisme est viable, durable et innovante, ce sera bon pour le territoire, l'emploi, l'activité économique locale. Et donc, par conséquence, pour nous aussi.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer