Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

NEW YORK, toujours une pomme d'avance

| | | par
NEW YORK, toujours une pomme d'avance
NEW YORK, toujours une pomme d'avance

POURQUOI Y ALLER

They love New York... et en redemandent. 716 000 Français ont croqué la Grosse Pomme en 2015, faisant de l'Hexagone le 5e marché international d'une ville dont l'attractivité ne cesse de se renouveler. Après le Bronx et le Queens, arrondissements au nord de Manhattan et au-delà de Brooklyn, c'est Hudson Yards, quartier d'anciens entrepôts (entre 42/43e rues et 7/8e avenues) qui a entamé une spectaculaire métamorphose. « The world will shop at Hudson Yards », annoncent les slogans là où pousseront, d'ici 2025, nouveaux gratte-ciel d'habitations et galeries commerciales branchées. Ce sera le plus grand chantier urbain après le renouveau du site du World Trade Center. En ce matin ensoleillé et doux d'octobre, une foule de touristes se presse comme tous les jours au mémorial du 11-Septembre. Dédié aux victimes des attentats, le lieu, d'une sobriété bienvenue, a gagné un statut d'icône. Plus légère, la découverte de Coney Island, au sud de Brooklyn, mérite un (long) détour : sous la pression des promoteurs, ce parc d'attractions charmant et désuet, avec ses manèges en bois, est en passe de disparaître.

MOUVEMENT PERPÉTUEL

Côté musées, New York n'est jamais en reste, avec de nombreuses alternatives aux incontournables Guggenheim et MOMA. Renzo Piano, architecte du Centre Georges-Pompidou à Paris ou de l'immeuble Shard à Londres, a récidivé outre-Atlantique. L'ouverture du Whitney Museum of American Art, au printemps 2015, a donné un coup de projecteur sur cette vieille institution et ses collections permanentes d'art américain. L'accès aux 7 niveaux du bâtiment à la ligne élancée s'effectue par la High Line, une ancienne voie ferroviaire désaffectée sur laquelle poussent des arbres, des arbustes et des jardins. Pour les initiés, le Centre International de la Photographie (ICP) vient, quant à lui, d'ouvrir son nouvel espace d'expositions sur Bowery, dans le quartier en vogue de Nolita et c'est superbe.

TOUJOURS PLUS HAUT

Avec le nouveau City Pass, New York a gagné en accessibilité. Ce carnet de coupons (116 dollars, soit 105 euros) permet de visiter 6 attractions, musées ou terrasses panoramiques, ou d'effectuer une croisière autour de Manhattan. Il faut débourser 34 dollars supplémentaires (30 euros) pour profiter de la vue depuis le nouveau One World Trade Center, au 100e étage du gratte-ciel construit où se dressaient les anciennes tours jumelles. L'ascension s'effectue en... 47 secondes. Sur les parois de l'ascenseur, la construction de la ville défile depuis le XVe siècle, en images de synthèse. Belle prouesse technologique ! La soirée s'envisage dans les bars branchés de Little Italy ou en shopping : les dernières sneakers à la mode sont déjà en soldes sur Broadway.

LE PRIX À PAYER

Des hôtels anciens, comme l'Intercontinental sur Lexington Avenue, ont été reconstruits et donnent le ton de la nouvelle politique environnementale de la mairie de New York. D'autres, comme le Loews Regency sur Park Avenue, misent sur des services inattendus (spa, centre de beauté) pour attirer à la fois clientèle locale huppée et touristes. Difficile d'échapper aux prix élevés pratiqués dans l'hôtellerie : 300 dollars/nuit en moyenne, selon l'association locale des hôteliers (HANYC). L'offensive municipale contre Airbnb, qui veut interdire aux multipropriétaires de mettre sur le marché des appartements et des chambres en masse, promet des temps difficiles aux visiteurs qui appréciaient ces hébergements à des prix plus abordables.

IL EST MINUIT À MANHATTAN. PAS LE MOMENT DE SE LA JOUER ''BEAUX GOSSES''. C'EST UNE PROMENADE POUR LES CHIENS FOUS. ALORS MARCHE FIÈREMENT MA CHÉRIE, OU NE MARCHE PAS DU TOUT. Bruce Springsteen, New York City Serenade

  • Une brasserie
    Brooklyn Brewery Les horaires de visite, concentrés quelques heures en fin de semaine, sont volontairement restreints : la brasserie de Brooklyn n'est pas un débit de boissons traditionnel. C'est un hangar où l'on brasse la bière, l'une des meilleures de New York. Pour ceux qui apprécient l'Indian Pale Ale, une variété blonde fortement houblonnée, cette mousse est un régal. Autour des fûts, les discussions se nouent avec les maîtres-brasseurs qui expliquent volontiers leur process de fabrication. brooklynbrewery.com
  • Un quartier
    Lafayette Street Au nord de Little Italy (Nolita), ce quartier regorge de libraires indépendants, de boutiques de vêtements vintage et de restaurants. L'ambiance est apaisée, comme si les rues n'étaient que des axes secondaires isolés du buzz de Manhattan. Au coin de Lafayette Street, le Delicatessen sert l'un des meilleurs burgers (frais) de la ville. Des magasins entiers sont consacrés aux vélos fixies au design très étudié. Les fans de David Bowie ont installé un petit mémorial à la gloire du chanteur disparu, entre deux boutiques branchées. nycgo.com/boroughs-neighborhoods/manhattan/nolita
  • Une excursion
    Asbury Park La mauvaise image liée au New-Jersey, avec ses serpents d'autoroutes en banlieue de New York et ses zones indigestes autour de l'aéroport de Newark, ne résiste pas à une petite excursion. En train depuis Penn Station, le trajet jusqu'à Asbury Park dure 1h30. Pour les New-Yorkais, cette station de villégiature sur l'Atlantique aux casinos et cottages douillets représente l'équivalent, en plus populaire, de la côte normande pour les Parisiens. Elle incarne aussi l'un des creusets les plus bouillants du rock aux états-Unis, avec concerts live et créativité artistique à foison. asburyparknow.com
  • Un hôtel
    Marmara Park Avenue Pour sa 2e implantation à New York, le groupe hôtelier turc Marmara a mis la main sur une bâtisse de 21 étages construite en 1927 sur les hauteurs de Murray Hill, à deux blocs de l'Empire State Building. Rénové et ouvert en 2015, ce 5* n'affiche aucune enseigne clinquante. S'ouvrant sur un hall chaleureux –marbre blanc et cheminées aux lignes souples–, l'hôtel dispose de chambres avec accès à une terrasse privative. Les planchers sont façonnés dans un élégant parquet noir. Un vrai atout dans une ville où les hôtels de luxe privilégient les décorations passe-partout. manhattan.marmaranyc.com

PRATIQUE et CONSEILS

  • Y aller
    Une dizaine de compagnies (Air France, American Airlines, Delta Air Lines, United, La Compagnie, XL Airways, Norwegian...) desservent New York quotidiennement et en direct depuis la France, en 8 heures depuis Paris. Icelandair propose des vols avec escale à Reykjavik et offre la possibilité d'effectuer un arrêt à l'aller ou au retour.
  • À consulter
    nytimes.com, le site du grand journal quotidien New York Times, fournit gratuitement son agenda des sorties (Arts et Entertainment Guide). Les propositions (jusqu'à 200 évènements par jour) sont classées par dates et par quartiers, avec des cartes interactives et des liens pour les réservations.
  • L'appli à télécharger
    Plusieurs applications gratuites (Next Stop, MTA Trip Planner) facilitent l'utilisation des transports en commun en offrant une carte des réseaux ou un service interactif pour prévoir son voyage.
  • Coup de coeur
    Les travées de Madison Square Garden vibrent les soirs de concert, dans un déluge de lumières et de hot-dogs. En plein coeur de Manhattan, c'est aussi une arène sportive mythique où les New-Yorkais clament leur chauvinisme bon enfant lors des matchs de hockey de leur équipe favorite, les Rangers. Billets à partir de 97 $ (88 €) jusqu'à 1 299 $ (1 186 €). thegarden.com/sporting-events

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer