Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Comment #Hand veut hacker les tsunamis en Guadeloupe

| | | | par
Guillaume Cromer,  directeur du cabinet d’ingénierie ID-Tourism, s'est rendu en Guadeloupe pour aider les hackers à faire le lien avec les professionnels du tourisme et de l’hôtellerie.
Guillaume Cromer, directeur du cabinet d’ingénierie ID-Tourism, s'est rendu en Guadeloupe pour aider les hackers à faire le lien avec les professionnels du tourisme et de l’hôtellerie.

Alors qu’a lieu aujourd’hui un exercice grandeur nature de simulation de tsunami à Point-à-Pitre, un regroupement d’experts a voulu contribuer à cet exercice de prévention en montrant comment le digital peut apporter des solutions pour la sécurité des touristes et des habitants.

Un séisme de 8,5 sur l’échelle de Richter, et une vague de 20 mètres de haut qui déferle sur la Guadeloupe 14 minutes plus tard : c’est le scénario catastrophe simulé aujourd’hui à Point-à-Pitre, en Guadeloupe, dans le cadre du travail de prévention des risques mis en œuvre chaque année par les Nations Unies.

Permettre aux pros d'informer

Souhaitant apporter sa contribution à cette démarche de prévention, le regroupement d’experts #Hand, pour Hackers Against Natural Disaster, a voulu explorer et présenter toutes les possibilités et outils offerts par le digital pour protéger touristes et habitants. Son objectif : "mettre en place les solutions les plus efficaces pour permettre aux salariés des entreprises touristiques d’alerter le plus rapidement possible leurs clients et ainsi les évacuer vers les zones refuges les plus proches, cartographiées par les hackers", explique les membres de #Hand.

D'autres applications possibles

Porté notamment par Guillaume Cromer, directeur du cabinet d’ingénierie ID-Tourism et président de l’association Acteurs du Tourisme Durable, en collaboration avec Yann Legendre et de Miguel Etienne-Pain, fondateur de Jolydays, le projet pourrait avoir d’autres applications.  

#HAND est en effet en train de développer les solutions pour appuyer les professionnels via notamment une application capable de donner rapidement l’alerte aux voyageurs et de leur permettre de rejoindre la zone de refuge la plus proche en géolocalisation à l’aide d’Open Street Map. La solution pourrait par exemple être utilisée en cas d’attentat, mais aussi pour tout type d’événement impliquant des problématiques de sécurité.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer