Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

XL Airways : l’offre de Gérard Houa rejetée, la compagnie est liquidée

Le tribunal de Bobigny a rejeté l’offre de Gérard Houa, l’ancien actionnaire d’Aigle Azur. XL Airways ne peut plus échapper à la liquidation.

Cette fois, c’est vraiment fini. XL Airways va être liquidée après la décision du tribunal de Bobigny qui a choisi de rejeter l’offre de Lu Azur à 14 heures. Lu Azur, la société de Gérard Houa, l’actionnaire minoritaire d’Aigle Azur aujourd’hui liquidée, avait déposé une offre de reprise pour la compagnie aérienne française XL Airways, peu de temps avant la tenue d’une audience au tribunal de commerce de Bobigny, mercredi.

Lu Azur avait promis d’injecter 30 millions d’euros, « 15 millions en fonds propres et 15 millions sous forme de prêt actionnaire ». L’homme d’affaires avait également déjà décidé d’arrêter les vols vers la République Dominicaine, les Antilles et La Réunion et de conserver ceux vers le Mexique, les Etats-Unis et la Chine. Gérard Houa ne comptait pas sur Laurent Magnin pour piloter, et avait choisi de présider XL Airways lui-même et de nommer Philippe Bohn directeur général.

Les syndicats furieux contre le gouvernement…

Après l’annonce par le tribunal, Force ouvrière Transport a publié une lettre ouverte : « Malgré de multiples interpellations de la part de la Fédération et de ses syndicats auprès des pouvoirs publics sur le danger du modèle low cost et sur la fragilité du secteur depuis des années, nous constatons que le dogmatisme libéral des gouvernements successifs est suicidaire. Dumping social, financement étatique, précarité des emplois, facilités d’implantation et concurrence déloyale sont les éléments constitutifs de ce modèle low cost qui prolifère dans le ciel européen depuis des décennies et que la Commission européenne encourage. Comment une compagnie comme XL Airways peut-elle rivaliser avec la compagnie Norwegian qui la concurrence sur les mêmes lignes alors que le gouvernement Norvégien vient d’y injecter 300 millions d’euros d’argent public ? Combien de salariés au chômage faudra-t-il pour que le gouvernement agisse en faveur du transport aérien et ses salariés ? »

…qui se défend !

Dans la foulée, l’État a tenu à expliquer qu’il « a soutenu l’entreprise XL Airways dans sa recherche de solutions notamment pour l’aider dans ses discussions en lien avec ses actionnaires et ses principaux fournisseurs, et va continuer de l’accompagner dans la procédure de liquidation. En particulier, un accompagnement sera mis en place pour les personnels d’XL Airways afin d’assurer un retour le plus rapide possible à l’emploi avec notamment des offres de formations et un travail sur le reclassement. »

Aux passagers, l’Etat rappelle qu’il suit « avec la plus grande attention la situation. Les compagnies françaises et étrangères ont été mobilisées pour proposer des billets à tarifs préférentiels aux passagers en attente d’un vol suite à l’annulation de leur vol sur la compagnie XL Airways, conformément aux accords internationaux dans l’aviation civile. »

Victime d’une « concurrence débridée »

En cessation de paiement, XL Airways a été placée lundi 23 septembre en redressement judiciaire, les repreneurs éventuels ayant jusqu’à samedi dernier pour se faire connaître auprès de l’administrateur judiciaire. Elle avait besoin de 35 millions d’euros pour repartir, selon son PDG Laurent Magnin, pour qui elle a été la victime de la « concurrence internationale débridée » des compagnies à bas coûts long-courriers et du poids des taxes et charges sociales en France.

Mercredi, devant le tribunal cet après-midi, les employés ont longuement applaudi leur dirigeant et l’équipe de direction.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique