Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Royaume-Uni lance son label sanitaire, et se rouvre progressivement au tourisme

Le tourisme se déconfine petit à petit au Royaume-Uni. Les professionnels du secteur disposent maintenant de leur label de conformité sanitaire et espèrent que toutes les mesures de quarantaine seront bientôt levées.

Le 10 juillet, l’Angleterre lèvera la quarantaine pour les visiteurs en provenance de France et de nombreux autres pays, dont la liste a été annoncée vendredi. Le feu vert, donc, à une reprise progressive du tourisme. Vert d’ailleurs comme le label sanitaire que les pros du secteur peuvent désormais apposer sur leur devanture. Lancé par VisitEngland, en collaboration avec les professionnels du tourisme d’Écosse, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord, ce dispositif est désormais opérationnel. “Le Label ‘We’re good to go'(Nous sommes prêts, NDLR) permet aux professionnels du secteur du tourisme britannique de démontrer qu’ils adhèrent aux consignes du gouvernement en matière de santé publique, qu’ils ont évalué les risques liés au Covid-19 et qu’ils ont mis en place les mesures requises, détaille VisitBritain. L’adhésion au label est gratuite et ouverte à tous les établissements du secteur du tourisme. Plus de 20000 entreprises l’ont déjà rejoint depuis son lancement le 24 juin”, précise l’organisme de promotion touristique. Un système d’alerte a été mis en place pour s’assurer que les établissements enregistrés au label « We’re Good to Go » soient prévenus de tout changement des instructions officielles. Une ligne téléphonique a été mise en place pour les accompagner et des examinateurs effectueront des contrôles aléatoires pour s’assurer que les établissements suivent bien les recommandations, ajoute VisitBritain.

La destination parie sur l’après-saison

Des annonces qui pourraient booster la reprise des voyages. « C’est encore difficile à quantifier mais on m’a dit que suite à l’annonce de la levée de la quarantaine, le site du Shuttle avait planté, parce qu’il y avait trop de demandes », rapporte Séverine Tharreau, directrice de VisitBritain pour la France. De fait, de tous les transporteurs montent actuellement en puissance. Dans le contexte actuel, les ambitions sur la saison estivale restent néanmoins très mesurées – la destination compte surtout sur un fort trafic affinitaire avec la France – et se concentrent déjà sur septembre et la fin d’année pour une vraie reprise du loisirs, avec le renfort de campagnes de communication, en partenariat notamment avec Expedia. « C’est une période qui est toujours très porteuse, rappelle Séverine Tharreau. Nous voulons la préparer au mieux, pour rattraper ce qui pourra l’être ». Notamment sur le marché français, 2e marché en volume après les Etats-Unis, 4e en recettes. « L’année avait très bien démarré, souligne Séverine Tharreau. On tablait sur 3,6 millions de touristes français pour 2020. Désormais, nous espérons atteindre les 1,6 million d’ici décembre, soit une chute de 55%. » Lueur d’espoir cependant : “On peut penser que les gens vont davantage favoriser un tourisme de proximité à l’avenir, estime Séverine Tharreau. Ce qui serait un atout pour nous, au regard de la proximité et de l’accessibilité de nos destinations.” 

Levée de toute les mesures de quarantaine cette semaine ?

Au global, VisitBritain prévoit une perte de 19,7 milliards de livres sterling pour le tourisme réceptif cette année, soit une perte de 63%. Même si, à l’instar des autres pays, la destination fait le dos rond et mise sur son tourisme domestique, ce segment accusera en Grande-Bretagne une perte de 22 milliards de livres sterling, selon les prévisions de VisitBritain. Le tourisme est l’un des secteurs économiques clés du Royaume-Uni, contribuant à hauteur de 127 milliards de livres sterling par an à l’économie, rappelle VisitBritain.

Une crise qui pourrait faire oublier le Brexit, et les négociations qui se jouent actuellement au sujet notamment des formalités et des conditions de circulations entre le Royaume-Uni et les autres pays. Des négociations qui doivent normalement aboutir au plus tard le 31 décembre 2020. “Quoi qu’il en soit, les évolutions seront progressives et laisseront le temps aux voyageurs et aux professionnels de s’adapter”, rassure Séverine Tharreau.

Dans l’immédiat, c’est la levée de la quarantaine dans l’ensemble du Royaume-Uni qui est attendue, les autorités d’Écosse, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord devant encore établir leur propre approche en matière d’exemptions. Des annonces sont espérées dans le courant de la semaine.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique