Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Switch fait le pari de la Bourse

Le tour-opérateur a réalisé une contre-performance en 2005, mais poursuit son développement et annonce son introduction en Bourse.

L’année 2005 aura décidément été difficile pour tout le monde, y compris les champions de la croissance. Switch, qui depuis sa création en 1997, battait des records, accuse le coup d’un dernier trimestre catastrophique. Au 30 septembre, le chiffre d’affaires annuel était en hausse de 17 %, remarque Jean-Pascal Siméon, PDG de Switch/ Partir pas cher. Au 31 décembre, la progression n’est plus que de 7 %, soit un chiffre d’affaires pour 2005 de 122 ME. Une contre-performance pour cet habitué des croissances à deux chiffres, qui se vend essentiellement via Internet. D’autant que le résultat net sera pour la première fois déficitaire.

L’annonce de la prochaine introduction en Bourse du TO n’a pourtant rien à voir avec ces pertes. 20 % de la société vont être placés sur le marché. C’est une prise de bénéfices. L’introduction en Bourse se fait par cession de parts, et non par augmentation de capital, précise Jean-Pascal Siméon. Une manière pour le PDG de Switch de récupérer sa mise. Je me suis payé pendant des années au Smic, assure-t-il. Même sans cette introduction sur le marché, l’entreprise aurait les moyens de financer son développement.

Des projets de partenariat

Même si Jean-Pascal Siméon ne se risque à aucun pronostic pour 2006, il confirme plusieurs projets, en particulier la poursuite de la constitution d’un réseau d’agences physiques à l’enseigne Partir pas cher. Les clients ont besoin de réassurance. C’est un faux débat d’opposer Internet et agence traditionnelle. Ils sont complémentaires.

Le dixième point de vente a ouvert en décembre au centre commercial les Arcades à Noisy-le- Grand, le onzième ouvrira prochainement à Belle-Epine (94). A terme, 100 boutiques sont programmées, toutes en Ile-de-France. En province, le TO souhaite développer des partenariats avec des agences classiques. Elles bénéficieraient de notre savoir- faire sur Internet et nous, de leur dynamisme commercial.

Switch étudie par ailleurs un partenariat avec un des trois grands du tourisme européen. Le voyagiste, leader sur le secteur de la croisière à la cabine en France, pourrait ainsi se développer sur d’autres marchés. Sa flotte se compose d’une trentaine de catamarans, dont le dernier né (Costa Rica), une unité de 24 mètres, peut accueillir 24 passagers.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique