Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Remoters, cette start-up qui veut aider les Français à télétravailler depuis l’étranger

Deux pros du voyage, Damien Corchia et Luc Dayen, lancent la start-up Remoters pour simplifier la location de moyenne et longue durée.

Destiné à faciliter le télétravail à l’étranger, la plateforme française Remoters a été discrètement lancée en avril 2021. La start-up promet d’aider les personnes souhaitant travailler à l’étranger à trouver un toit : télétravailleurs, digital nomads, expatriés.

Comment ? Le site met en relation les internautes avec des « remoters », des correspondants francophones installés à l’étranger. « Nous réunissons aujourd’hui 50 remoters dans 50 destinations », explique Théo Garcin, son directeur de la communication. « Nous souhaitons rassembler 200 remoters dans 200 destinations à la fin de l’année 2021. »

Expatriée à Lisbonne depuis huit ans, Nikita, par exemple, aiguille des télétravellers qui partent s’installer un à plusieurs mois pour dans la capitale portugaise.

Un modèle économique à la commission

Chaque remoter dispose d’un catalogue d’une sélection d’hébergements. Ses conseils portent essentiellement sur le logement. Mais le site promet de diffuser des informations complémentaires (couverture wifi, visa, permis de conduire…) sous forme de fiches pratiques.

Environ 450 hébergements sont disponibles sur Remoters, qui se positionne en concurrence avec des plateformes généralistes comme Airbnb et Booking, positionnées sur la location longue durée mais sans correspondants locaux. Leur nombre doit monter en puissance au cours des prochains mois. Le site, « pleinement opérationnel au mois de septembre », a déjà enregistré 300 demandes, souligne Théo Garcin.

SAS francilienne, la jeune pousse s’appuie pour l’instant sur les fonds propres des deux fondateurs : Damien Korcia (ex-NG-Boomerang et Suntrade) et Luc Dayen (ex-NG/Boomerang). Sa technologie, sans recours au code, a permis de limiter les frais de déploiement. Son modèle économique repose sur des commissions versées par l’hébergeur : 7% pour la plateforme, 10% pour le remoter.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique