Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Malgré la Catalogne, l’Espagne dépasse les Etats-Unis

L’Espagne devient la deuxième destination mondiale. C’est le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, en personne, qui l’a déclaré.

« 82 millions de citoyens étrangers ont visité l’Espagne l’an dernier, 9% de plus qu’en 2016, générant 87 milliards d’euros de revenus, en hausse de 12% », a expliqué le dirigeant mercredi en marge d’un sommet des pays du sud de l’Union européenne. « Nous sommes devenus le deuxième pays du monde en termes de visiteurs et de revenu par touriste », a-t-il affirmé.

La Catalogne reste la région la plus visitée

Le tourisme espagnol bat ainsi son propre record, malgré une année 2017 marquée, en Catalogne, par les attentats au mois d’août (16 morts), et la crise politique de l’automne. La région de Barcelone a subi un manque à gagner de 319 millions d’euros au dernier trimestre, d’après la fédération patronale touristique Exceltur, qui anticipe une érosion de 8% des emplois dans le tourisme catalan au premier trimestre 2018. Mais elle reprend des couleurs,confirme le spécialiste des courts séjours Weekendesk. Preuve de sa capacité de résistance, c’est toujours la région la plus visitée d’Espagne, avec plus de 18 millions de touristes internationaux entre janvier et novembre 2017 (+6,1%), selon le ministère du Tourisme. Suivent les Baléares (13,7 millions, +6,2%), les Canaries (13 millions, +7,9%), l’Andalousie (11 millions, +9,2%).

De meilleures connexions aériennes

L’Espagne dans son ensemble a profité « de la forte hausse des connexions aériennes, en particulier depuis les marchés longue distance », notamment en provenance d’Argentine (+23% sur un an), de Colombie (+21%), de Russie (+11%) et Etats-Unis (+10%), précise la fédération. Ces touristes lointains, qui dépensent en moyenne plus que les visiteurs européens (Britanniques, Allemands, Français), ont permis de faire augmenter le revenu moyen par visiteur de 1,5%, pour la première fois depuis 2011.

Leur arrivée a aussi contrebalancé la « reprise » des grands concurrents historiques de l’Espagne en matière de tourisme balnéaire bon marché, comme la Turquie, la Tunisie et l’Egypte.

En 2016, l’Espagne avait accueilli 75,3 millions de visiteurs, juste derrière les Etats-Unis (75,6 millions), contre 82,6 millions de touristes pour la France, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).